La France veut redevenir le premier partenaire de l'Algérie-Valls

dimanche 10 avril 2016 11h33
 

ALGER, 10 avril (Reuters) - La France veut redevenir le premier partenaire commercial de l'Algérie, une place ravie par la Chine, a déclaré Manuel Valls dimanche lors d'un forum économique à Alger.

Plusieurs accords commerciaux ont été ou vont être signés lors de la visite du Premier ministre français, qui est accompagné d'une dizaine de membres de son gouvernement à l'occasion du troisième comité interministériel de haut niveau entre les deux pays.

"Ce partenariat doit continuer à se développer, ce qui veut dire pour la France : demeurer le partenaire économique majeur de l'Algérie", a-t-il déclaré devant un parterre de chef d'entreprises et son homologue Abdelmalek Sellal.

Un accord a été signé dimanche matin entre Alstom et ses partenaires algériens, Sital notamment, pour l'extension de la joint venture qui permettra de construire des trains express régionaux dans la région d'Annaba.

La Chine est le premier fournisseur de l'Algérie, dont la France est pour sa part le premier investisseur hors hydrocarbures. Un demi-millier d'entreprises françaises sont installées en Algérie.

Touché de plein fouet par la chute du prix du pétrole, qui pénalise sa croissance et sa consommation, le pays cherche à diversifier son économie.

"Le contexte n'est pas facile mais nous sommes là pour réussir ensemble et nous sommes là pour vous aider à réussir car pour nous, c'est aussi une manière de réussir", a dit Manuel Valls.

Le début de la visite du Premier ministre français a été assombri par le refus des autorités algériennes d'accorder des visas à des journalistes français, pour protester notamment contre le traitement par la presse du scandale des "Panama Papers."

Lors d'une rencontre avec des journalistes samedi soir, Manuel Valls a minimisé ces tensions, expliquant que le partenariat stratégique avec l'Algérie restait prioritaire.

Dimanche au forum économique, il a invité les Algériens à "avancer ensemble", en "surmontant tous les petits problèmes que l'on veut parfois nous créer." (Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)