Des ingénieurs et cadres d'EDF défendent le projet Hinkley Point

jeudi 7 avril 2016 17h03
 

PARIS, 7 avril (Reuters) - Des ingénieurs et dirigeants d'EDF ont exprimé leur confiance dans la capacité du groupe à mener à bien le projet controversé de centrale nucléaire d'Hinkley Point, en expliquant notamment qu'il bénéficierait du retour d'expérience des autres réacteurs de type EPR en cours de construction.

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy avait écarté mardi l'hypothèse d'un report du projet de construction de deux EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, sur lequel le groupe doit se prononcer début mai.

"Nous avons (...) la conviction que le groupe EDF est capable de bâtir et de livrer à temps les deux réacteurs d'Hinkley Point", ont écrit une centaine d'ingénieurs et de dirigeants des activités nucléaires du groupe dans un texte publié mercredi sur l'intranet de l'entreprise.

Soulignant que les deux réacteurs d'Hinkley Point seraient les cinquième et sixième EPR à être construits, ils ont aussi fait valoir que, contrairement au réacteur en chantier à Flamanville (Manche) à son lancement, ceux du projet britannique bénéficieraient "d'un design stabilisé".

"Comme dans tout projet de cette ampleur, il y a des incertitudes. Et gérer ces incertitudes pour les maîtriser, c'est précisément notre métier. Nous avons confiance dans notre capacité à réussir ce projet", ont-ils ajouté.

Les détracteurs du projet Hinkley Point, évalué à 18 milliards de livres sterling (23 milliards d'euros environ), estiment que son lancement avant la mise en service des autres réacteurs EPR en construction dans le monde mettrait en péril EDF, déjà confronté à de lourds investissements et à la chute des prix de l'électricité. (Benjamin Mallet et Geert De Clercq, édité par Gwénaëlle Barzic)