"Panama Papers"-Maurel & Prom explique ses sociétés aux Bahamas

jeudi 7 avril 2016 16h19
 

PARIS, 7 avril (Reuters) - Maurel & Prom s'est expliqué jeudi sur ses investissements passés dans des sociétés immatriculées aux Bahamas en mettant en avant leur légalité et le fait qu'elles n'ont jamais généré de flux financiers.

Cette mise au point fait suite à un article du journal Le Monde indiquant, sur la base des "Panama Papers", que le groupe pétrolier français a pris entre 2002 et 2005 des participations dans trois sociétés offshore enregistrées aux Bahamas par l'intermédiaire du cabinet juridique panaméen Mossack Fonseca.

"Maurel & Prom a acquis certains actifs congolais auprès de sociétés pétrolières anglo-saxonnes en 2002. Cette transaction portait en partie sur le rachat de sociétés préexistantes immatriculées aux Bahamas. Une troisième société a été constituée par la suite avec les mêmes partenaires en dupliquant la forme juridique", a indiqué le groupe dans une déclaration écrite.

"Ces sociétés, dont la seule vocation était la détention du permis pétrolier, sont totalement transparentes et s'inscrivent dans le cadre réglementaire et légal. Elles n'ont jamais généré ni chiffre d'affaire, ni résultat, ni flux financier", a-t-il ajouté.

Maurel & Prom a également indiqué que ses participations dans les sociétés concernées avaient été cédées au fur et à mesure de son désengagement du Congo et que seule subsistait, "en cours de liquidation, une dernière entité dormante".

Le groupe a aussi rappelé que l'existence des sociétés immatriculées aux Bahamas avait fait l'objet d'informations dans ses "supports de communication institutionnelle". (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)