Air France-KLM-Alexandre de Juniac estime ses objectifs atteints

mercredi 6 avril 2016 08h12
 

PARIS, 6 avril (Reuters) - Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM, dont le départ a été annoncé mardi en fin de journée, estime avoir atteint les objectifs qui lui avaient été assignés.

Ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde lorsqu'elle était ministre de l'Economie de Nicolas Sarkozy, Alexandre de Juniac a succédé à Jean-Cyril Spinetta à la tête d'Air France-KLM en 2013, après avoir dirigé Air France pendant près de deux ans, depuis la fin 2011, menant une profonde restructuration sans mouvement social majeur.

"Lorsque j'ai été nommé, le conseil d'administration d'Air France m'a dit: il faut ramener la maison à l'équilibre et la désendetter. Ça c'est fait", a déclaré le PDG d'Air France-KLM sur la radio RTL.

"Air France est sortie de la zone de risque mais elle n'est pas revenue dans le peloton des trois ou quatre meilleurs mondiaux. Et c'est ça qu'il faut pour Air France", a-t-il ajouté.

Alexandre de Juniac quittera le groupe franco-néerlandais pour prendre la tête de l'Association du transport aérien international (Iata) au plus tard le 1er août.

En septembre 2014, après avoir cédé les rênes d'Air France à Frédéric Gagey, il s'était heurté à l'opposition farouche des pilotes de la compagnie face à un projet d'ouverture de bases hors de France pour la "low cost" Transavia qui l'avait obligé à renoncer au projet après 15 jours de grève.

Critiqué par les syndicats, il réfute l'absence de dialogue social au sein de la compagnie aérienne.

"Il y a eu un dialogue social à Air France (...) Nous avons fait la réforme, qui a été douloureuse et qui a été voulue pour les 100.000 salariés, sur la base d'accords avec les syndicats", a dit Alexandre de Juniac. "Tous les syndicats, y compris le syndicat de pilotes, ont signé les accords pour restructurer cette maison."

Pour trouver son successeur, Air France-KLM a indiqué avoir fait appel à un cabinet de recrutement international.

Interrogé sur Radio Classique sur Air France-KLM, le président du directoire de la SNCF Guillaume Pepy, dont le nom circule comme possible successeur, a déclaré: "Si je suis candidat à quelque chose, c'est à faire mon travail à la SNCF et je peux vous dire qu'en ce moment il y en a." (Matthieu Protard, édité par Benoît Van Overstraeten)