** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

vendredi 1 avril 2016 08h04
 

PARIS/LONDRES, 1er avril (Reuters) - Les Bourses européennes sont attendues sur une note de faiblesse vendredi à l'ouverture, pour la première séance du deuxième trimestre, la baisse des marchés d'actions en Asie et la faible performance à Wall Street la veille, incitant les investisseurs à limiter leur exposition aux actifs à risque.

D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,6% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,7% et le FTSE à Londres 0,7% également.

La Bourse de Tokyo a reculé de 3,55% après les résultats médiocres de l'enquête "Tankan". Selon ce rapport trimestriel de la Banque du Japon (BoJ), la confiance s'est détériorée dans le secteur manufacturier japonais au cours des trois premiers mois de l'année et cette tendance devrait se confirmer dans les mois à venir.

Wall Street a fini sans tendance jeudi, dans un marché attentiste à la veille de statistiques importantes et qui a éprouvé le besoin de souffler au terme d'un rally de sept semaines. Le Dow a pris 7,1% sur le mois de mars et 1,5% sur le premier trimestre, le S&P respectivement 6,6% et 0,8% et le Nasdaq a gagné 6,8% le mois dernier et perdu 2,75% sur le trimestre.

Les investisseurs attendent la statistique mensuelle de l'emploi, à 12h30 GMT. Les économistes tablent en moyenne sur 205.000 postes créés, contre 242.000 le mois précédent, avec un taux de chômage stable à 4,9%.

Ils seront également attentifs à l'indice de confiance du Michigan, l'indice ISM manufacturier, les dépenses de construction et les ventes automobiles, ainsi que les ventes automobiles du mois dernier.

En Europe, la journée sera marquée par les indices PMI d'activité manufacturière, après la publication d'indicateurs d'activité meilleurs que prévu en Chine et de l'annonce d'une contraction du secteur manufacturier à un rythme inédit en trois ans au Japon.

Le dollar marque une pause après un trimestre en forte baisse par rapport aux principales devises, dans l'attente des chiffres de l'emploi qui seront déterminants pour la poursuite de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

La rebond du dollar pèse sur le baril de pétrole mais une nouvelle contraction de la production américaine de brut limite les gains.   Suite...