1 avril 2016 / 04:05 / dans un an

RPT-Wall Street marque une pause au terme d'un 1er trimestre agité

(Répétition sans changement de la dépêche diffusée jeudi soir)

* Le Dow a cédé 0,18% et le S&P-500 0,20%, le Nasdaq +0,01%

* Séance calme à la veille des chiffres de l‘emploi

* Le Dow a pris 7,1% en mars, le S&P 6,6%, le Nasdaq 6,8%

* Le Dow a grappillé 1,5% sur le T1 et le S&P 0,8%, le Nasdaq -2,75%

* L‘indice dollar a cédé 4% au T1, bond de 16% pour l‘once d‘or

par Noel Randewich

NEW YORK, 31 mars (Reuters) - Wall Street a fini sans tendance jeudi, dans un marché attentiste à la veille de statistiques importantes et qui a éprouvé le besoin de souffler au terme d‘un rally de sept semaines.

L‘indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a cédé 31,57 points, soit 0,18%, à 17.685,09 et le Standard & Poor‘s-500, plus large, a abandonné 4,21 points ou 0,20% à 2.059,74.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a grappillé 0,55 point ou 0,01% à 4.869,85.

Le marché boucle ainsi par une séance sans relief un trimestre agité qui aura vu le S&P-500 perdre jusqu‘à 11%, son plus mauvais début d‘année depuis 2009, avant de rebondir de 13% à partir de la mi-février avec la remontée des cours du pétrole et des déclarations rassurantes de la Réserve fédérale sur ses taux d‘intérêt.

Sur le mois de mars, le Dow a pris 7,1% et le S&P-500 6,6% pour finir le trimestre avec des gains respectifs de 1,5% et 0,8%. Le Nasdaq reste en revanche en repli de 2,75% depuis le 1er janvier en dépit d‘un rebond de 6,8% en mars.

Les investisseurs ont préféré pour la plupart rester sur la touche à la veille de la statistique mensuelle de l‘emploi, publiée vendredi avant l‘ouverture. Les économistes tablent en moyenne sur 205.000 postes créés, contre 242.000 le mois précédent, avec un taux de chômage stable à 4,9%.

“On peut s‘attendre à quelque chose de positif qui pourrait faire monter le marché”, veut croire Phil Blancato, directeur de Ladenburg Thalmann Asset Management à New York.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage, publiées chaque jeudi, ont augmenté de manière inattendue la semaine dernière, tout en se maintenant nettement sous le seuil de 300.000 associé à un marché du travail en bonne santé.

“On continue d‘analyser toutes les informations qui tombent pour savoir où en est l‘économie et si elle se raffermit vraiment comme on le pense et comme on l‘espère”, rapporte Dan Farley, stratège chez U.S. Bank Wealth Management à Minneapolis.

“Demain le marché aura des données importantes et en attendant il marque une pause”, ajoute-t-il en notant également que la prudence s‘installe avant le début des publications de résultats de sociétés du premier trimestre, le 11 avril.

Les analystes prévoient un recul moyen de 7% des résultats par rapport aux trois premiers mois de 2015, essentiellement sous le coup du secteur de l‘énergie qui continue de pâtir de la chute des cours du brut l‘an dernier.

IBM SOUTIENT LE DOW

Neuf des 10 grands indices sectoriels S&P ont fini en baisse, la plus mauvaise performance étant le fait du compartiment des matériaux, en repli de 0,88%.

Les services aux collectivités ont été le seul secteur en hausse, de 0,54%, profitant de leur statut défensif.

DuPont et Boeing, en repli de respectivement 1,33% et 1,28%, ont tiré le Dow Jones à la baisse mais IBM a permis à l‘indice de limiter ses pertes en gagnant 2,05% à 151,45 dollars. Morgan Stanley a porté son objectif de cours de 140 à 168 dollars pour le géant des services informatiques, en maintenant sa recommandation “surpondérer”.

Hors du Dow, le distributeur d‘électronique grand public Best Buy s‘est également distingué en gagnant 2,76%, Barclays ayant entamé son suivi de la valeur avec une recommandation là encore de “surpondérer”.

Quelque 6,8 milliards de titres ont changé de mains, à comparer une moyenne de 7,7 milliards sur les 20 dernières séances, selon les données Thomson Reuters.

Sur le marché des changes, l‘euro a poursuivi son ascension face au dollar en franchissant le cap des 1,14 dollar pour la première fois depuis cinq mois et demi, avec un pic à 1,1411. L‘indice dollar, qui compare le dollar à un panier de six grandes devises, a touché un plus bas depuis octobre de 94,319 pour finir le trimestre en repli de 4%, du jamais vu depuis le troisième trimestre 2010.

Sur le marché obligataire, l‘emprunt de référence à 10 ans a gagné 16/32 pour un rendement de 1,774%, en repli de 5,6 points de base sur la séance et de 50 points de base sur le trimestre, sa plus forte baisse depuis le deuxième trimestre 2012.

Grand gagnant du premier trimestre, l‘or a pris 0,60% jeudi pour se traiter à 1.231,80 dollars l‘once sur le marché au comptant, soit une progression de 16% en trois mois qui est sans précédent depuis près de 30 ans. (avec Abhiram Nandakumar à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below