Amazon intéressé par une participation dans HERE-sources

jeudi 31 mars 2016 20h02
 

FRANCFORT, 31 mars (Reuters) - Le géant américain du commerce en ligne Amazon a engagé des négociations avec un consortium de constructeurs automobiles allemands pour entrer au capital du spécialiste de la navigation numérique HERE, a-t-on appris jeudi auprès de deux sources au fait du dossier.

En août dernier, BMW, Audi (groupe Volkswagen ) et Mercedes (groupe Daimler ) ont conclu le rachat de HERE à Nokia pour 2,8 milliards d'euros afin de renforcer leur expertise dans les voitures autonomes.

L'opération a été bouclée en décembre et les trois constructeurs ont dit depuis mener des discussions en vue d'un élargissement du consortium, sans citer de nom. Renault-Nissan et l'équipementier allemand Continental ont déclaré envisager de prendre une participation, et une troisième source a révélé jeudi que Ford était également intéressé.

"Amazon prendrait une participation dans le cadre d'un accord plus large qui lui assurerait la fourniture de services de stockage dématérialisé ("cloud")", a dit une source au fait des discussions.

Le consortium a besoin de capacités de stockage pour que les automobilistes puissent disposer d'informations en temps réel sur les conditions de circulation et l'état des routes. Amazon, de son côté, est demandeur de cartes intelligentes pour ses nouveaux services de livraison express aux Etats-Unis et en Europe.

"Les nouveaux propriétaires Audi, Daimler et BMW ont dit dès le départ qu'ils étaient ouverts à d'autres partenaires", a réagi BMW. "Nous avons remarqué qu'il y a beaucoup d'intérêt non seulement de la part de partenaires potentiels au sein de l'industrie automobile mais aussi d'autres secteurs".

Ford de son côté s'est refusé à confirmer pour "d'évidentes raisons de concurrence", selon un porte-parole du constructeur américain.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès d'Amazon aux Etats-Unis et en Allemagne.

Selon des estimations d'Exane BNP Paribas, les voitures autonomes et les services connectés associés pourraient devenir un marché de 50 milliards de dollars. (Edward Taylor, Andreas Cremer, Ilona Wissenbach, avec la contribution de Mari Saito et d'Eric Auchard, Véronique Tison pour le service français))