La flotte d'avions va doubler en 20 ans en Amérique latine -constructeurs

mercredi 30 mars 2016 11h52
 

SANTIAGO, 30 mars (Reuters) - Airbus et Boeing prévoient tous deux un doublement en 20 ans de la flotte d'avions en ligne en Amérique latine, apaisant les craintes de voir la crise économique brésilienne peser sur le secteur.

Les difficultés du Brésil, la première économie latino-américaine plongée dans une sévère récession, ont eu un gros impact sur la demande de transport aérien, entraînant une chute des bénéfices et des cours de Bourse de compagnies aériennes que Gol et Latam Airlines.

Boeing et Airbus ont précisé que, dans ce contexte, ils avaient notamment octroyé des délais de livraison pour leurs clients et réorienté des commandes, tout en se montrant optimistes pour le long terme.

"Une certaine croissance ne n'est pas matérialisée donc il y a une sorte de surplus d'équipements, nous essayons de nous en accomoder et d'accorder des délais", a dit à Reuters Rafael Alonso, directeur général d'Airbus Amérique latine lors d'un entretien accordé mardi à l'occasion du salon aéronautique FIDAE, organisé tous les deux ans à Santiago.

"Nous les (les avions en surplus) plaçons ailleurs. Il y a des économies qui sont en difficulté mais nous avons aussi le Mexique."

Donna Hrinak, a la tête de Boeing Amérique latine, confirme que le trafic aérien a sensiblement baissé depuis l'an dernier, tout en ajoutant que les gens "remonteront dans les avions" dès que l'économie commencera à aller mieux.

Airbus pense que le nombre d'avions en service en Amérique latine va plus que doubler au cours des deux prochaines décennies, avec un besoin de 2.540 nouveaux appareils d'ici 2034, représentant quelque 330 milliards de dollars (292 milliards d'euros).

Boeing évalue à 3.050 unités le besoin en nouveaux avions sur 20 ans dans la région.

Sur ce total, Donna Hrinak précise que 40% ira au Brésil, le Mexique étant le deuxième marché aérien dans la région.

Les compagnies aériennes ont accompagné l'émergence d'une classe de touristes fortunés en Amérique latine avec une augmentation de leurs capacités et du nombre de liaisons proposées.

Airbus a été le principal bénéficiaire de cette évolution puisque sa part de marché de la région est passée de 12% en 2000 à 53% aujourd'hui. (Rosalba O'Brien, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)