UBS, Credit Suisse pourraient aider la Russie à privatiser-sces

mardi 29 mars 2016 16h14
 

MOSCOU, 29 mars (Reuters) - UBS et Credit Suisse sont disposées à conseiller le gouvernement russe au sujet d'un ensemble de privatisations si cette collaboration ne les amène pas à enfreindre les sanctions imposées à la Russie en raison du conflit en Ukraine, ont dit trois sources bancaires à Reuters.

Ces banques suisses ont répondu à la requête du ministère russe de l'Economie, qui a demandé ce mois-ci aux établissements russes et étrangers de lui transmettre des propositions en vue d'exercer un rôle de conseil pour la vente de participations de 50,08% dans la compagnie pétrolière Bashneft et de 10,9% à la fois dans l'entreprise minière Alrosa et dans le prêteur VTB.

Des banquiers ont déclaré la semaine dernière à Reuters que les banques occidentales rechignaient à se porter candidates de crainte d'enfreindre les sanctions occidentales imposées à la Russie.

Trois banquiers ont cette fois déclaré à Reuters qu'UBS et Credit Suisse faisaient partie des établissements ayant répondu à cet appel d'offres. Une quatrième source a dit que l'italienne UniCredit avait aussi répondu à Moscou.

Les porte-parole de ces trois établissements ont tous refusé de s'exprimer sur le sujet.

"J'ai entendu que les Suisses disaient qu'ils participeraient si aucune sanction n'était violée", a dit un dirigeant bancaire occidental.

Ces différentes sources ont déclaré qu'aucune banque américaine n'avait répondu à la demande russe. (Katya Golubkova, Olga Popova et Oksana Kobzeva; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)