La BCE prône à nouveau une hausse de l'investissement public

lundi 21 mars 2016 11h23
 

FRANCFORT, 21 mars (Reuters) - La croissance de l'économie de la zone euro bénéficierait rapidement d'une hausse de l'investissement public par rapport aux faibles niveaux actuels, l'environnement de faible inflation et de politique monétaire accommodante créant des conditions favorables à une augmentation des dépenses, a redit lundi la Banque centrale européenne.

La BCE plaide de longue date pour que les gouvernements de la zone euro investissent plus et réduisent les impôts en complément de sa politique monétaire ultra-accommodante destinée à soutenir la croissance et l'inflation.

Depuis la crise des dettes souveraines au sein de la zone euro, l'investissement public est tombé à des plus bas records, bien en-dessous des niveaux des Etats-Unis ou du Japon, ce qui pèse sur la croissance potentielle.

Le plan d'investissement de l'Union européenne, dit plan Juncker, qui vise à mobiliser 315 milliards d'euros de fonds publics et privés sur la période 2015 à 2017 a reçu un accueil mitigé pour l'instant.

"Une augmentation des investissements publics a des effets positifs sur la demande et peut contribuer au potentiel de production en augmentant le stock de capital public", écrit la BCE dans son bulletin économique.

"Ce constat plaide pour un accroissement des investissements publics dans l'environnement actuel de faible inflation."

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a appuyé ce message lundi en déclarant que la BCE ne pouvait soutenir la croissance toute seule et que les gouvernements de la zone euro devaient réorienter les dépenses vers l'éducation et l'investissement.

"La BCE ne peut à elle seule créer les conditions d'une reprise durable de la croissance. Cela nécessite un effort concerté en termes de politiques économiques et budgétaires", a-t-il déclaré lors d'une conférence organisée par la Banque de France à Paris.

"Tous les pays peuvent rendre leurs structures d'imposition plus favorables à la croissance et réorienter les dépenses publiques vers l'investissement, la recherche et l'éducation", a-t-il ajouté.   Suite...