L'horlogerie suisse se prépare à une nouvelle année difficile

vendredi 18 mars 2016 07h36
 

par Silke Koltrowitz

BALE, 18 mars (Reuters) - L'industrie horlogère suisse se prépare à une nouvelle année difficile en raison des difficultés économiques qui limitent la demande pour ses pièces de luxe dans ses principaux marchés d'exportation.

Les ventes à Hong Kong, premier marché mondial pour les montres suisses, continuent de pâtir du ralentissement de la croissance en Chine et de la campagne des autorités chinoises contre la corruption et les cadeaux trop luxueux.

Zenith, la marque haut de gamme de LVMH, vend pratiquement deux montres sur trois à des clients chinois.

"2016 est très compliquée car les gens n'ont plus la confiance nécessaire pour simplement acheter nos produits", a déclaré Aldo Magada, le directeur général de la marque, à Reuters au salon international Baselworld qui s'est ouvert jeudi à Bâle.

Au ralentissement chinois viennent s'ajouter le coup porté au tourisme à Paris par les attentats de novembre, la baisse du pouvoir d'achat des Russes avec la dépréciation du rouble et l'impact de la chute des cours du pétrole sur les dépenses des riches clients du Moyen-Orient.

Comme d'autres marques haut de gamme, Zenith s'est diversifié dans des produits plus abordables pour suivre l'évolution de la demande, une tendance déjà visible en janvier au Salon de Genève.

"Notre mix produit a changé, on vend moins de montres en or et plus en acier", a dit Aldo Magada.

La concurrence des montres connectées vient aussi empiéter sur le marché du luxe.   Suite...