Japon-Moral des sociétés dégradé, baisse attendue de l'investissement

vendredi 11 mars 2016 09h32
 

TOKYO, 11 mars (Reuters) - Le moral des entreprises japonaises s'est sensiblement altéré au premier trimestre et les budgets d'investissement du prochain exercice financier, qui débutera le 1er avril, n'ont jamais été aussi faibles depuis 2009.

La confiance s'est dégradée à la fois pour le secteur secondaire et le secteur tertiaire pour la première fois depuis le deuxième trimestre 2014, époque où la consommation avait subi le choc de la hausse de la TVA survenue le 1er avril de cette année-là.

Un tel indicateur économique est une incitation, pour le gouvernement et la Banque du Japon, à prendre un nouveau train de mesures de stimulation pour relancer une économie qui risque une nouvelle récession.

La Banque du Japon tient réunion la semaine prochaine et le Premier ministre, Shinzo Abe, a laissé entendre que repousser une deuxième hausse de la TVA était une réelle possibilité, l'un de ses conseillers suggérant même de la réduire.

Un indice mesurant le moral des grandes entreprises manufacturières est tombé à -7,9 sur la période janvier-mars contre +3,8 sur la période octobre-décembre, passant dans le négatif pour la première fois en trois trimestres, suivant un rapport commun du ministère des Finances et du cabinet d'études des services du Premier ministre.

L'indice mesurant le moral des industriels à un horizon de trois mois a fléchi à -3,5, ce qui laisse penser que des perspectives médiocres risquent de décourager les entreprises d'augmenter les salaires et l'investissement, au vu d'une demande affaiblie de la part de la Chine et d'autres pays asiatiques.

L'indice mesurant le moral des entreprises de services est ressorti à -0,7, se dégradant pour la première fois en sept trimestres.

Les entreprises estiment que les dépenses d'investissement auront augmenté de 8,8% durant l'exercice en cours qui se terminera le 31 mars mais elles les voient se contracter de 6,6% l'exercice suivant, suivant le rapport.

Les budgets d'investissement du prochain exercice financier seraient les plus bas depuis leur baisse de 28,5% durant l'exercice 2009, marqué par l'effondrement de la banque américain Lehman Brothers en septembre 2008. (Leika Kihara, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)