Renault veut doubler sa capacité et sa part de marché en Iran

mercredi 9 mars 2016 15h21
 

LONDRES, 9 mars (Reuters) - Renault veut doubler d'ici 2020 la capacité de production de sa coentreprise Renault Pars et sa part de marché en Iran, en profitant de l'ouverture de l'économie iranienne, a déclaré mercredi un haut responsable de la JV.

Le constructeur français veut capter 20% du marché automobile iranien, contre 10% en 2012, a dit Peyman Kargar, vice-président de la région Afrique, Moyen-Orient et Inde de Renault, et directeur général de la JV Renault Pars.

Renault travaille à travers cette coentreprise, créée en 2003, avec les deux principaux constructeurs iraniens, SAIPA et Iran Khodro.

Pour atteindre les objectifs stratégiques du groupe à moyen terme, la capacité sur place devra être doublée, a expliqué Peyman Kargar en marge d'une conférence organisée à Londres par le Financial Times.

Les constructeurs étrangers sont dans les starting blocks pour revenir en Iran depuis qu'un accord a été trouvé sur le programme nucléaire de Téhéran, et les deux Français tiennent la corde.

PSA Peugeot Citroën a ainsi annoncé fin janvier la création d'une coentreprise avec Iran Khodro pour régulariser la production actuelle de ses voitures sur le sol iranien et préparer la fabrication locale de nouveaux véhicules. L'accord prévoit la production de voitures à partir de la mi-2017, avec une capacité initiale de 200.000 unités par an.

Renault a pour sa part vendu 51.500 véhicules en Iran en 2015, essentiellement des Tondar 90 (ou Logan de première génération), lui donnant une part de marché de 4,8%. Avant les sanctions, ses ventes atteignaient 100.000 unités. Il étudie la possibilité de lancer d'autres modèles avec ses deux partenaires, SAIPA et Iran Khodro. (Martinne Geller; Gilles Guillaume pour le service français, édité par Marc Angrand)