BOURSE-ArcelorMittal monte encore, le PDG et Jefferies optimistes

lundi 7 mars 2016 10h40
 

PARIS, 7 mars (Reuters) - L'action ArcelorMittal figure lundi matin en tête des quelques hausses de l'indice CAC 40 en Bourse, son PDG se montrant optimiste sur les conditions du marché de l'acier et Jefferies saluant les décisions financières prises par le sidérurgiste pour faire face à un environnement difficile.

A 10h35, le titre gagne 0,98% à 4,645 euros, contre un recul de 0,52% pour le CAC 40.

"Nous pensons que nous avons touché le fond de la situation et les choses devraient continuer de s'améliorer", a déclaré dans un entretien au Financial Times, Lakshmi Mittal, PDG d'ArcelorMittal réagissant à la chute des prix de l'acier.

Le dirigeant s'est notamment montré confiant dans la capacité de la Chine à réduire sa capacité de production et ainsi soutenir un rebond des cours des métaux.

Les prix des métaux ont fortement chuté face aux inquiétudes croissantes à l'égard de la demande des pays émergents et plus particulièrement de la Chine, confrontée à un ralentissement de son économie.

Entre mi-2015 et mi-janvier 2016, les cours du cuivre ont chuté de 24,9% avant de rebondir de 14,9% à la faveur des espoirs de mesures de soutien de la Chine à son économie et de réduction de ses capacités de production.

Dans une note, Jefferies a également relevé son conseil sur ArcelorMittal de "sous-performance" à "conserver".

"Les projets d'ArcelorMittal de lever 4 milliards de dollars supplémentaires à travers une augmentation de capital et la vente d'actifs contribuent grandement à apaiser nos craintes sur la capacité de l'entreprise à résister à des conditions de marchés difficiles pour les années à venir", juge dans sa note le courtier.

ArcelorMittal a annoncé début février prévoir une augmentation de capital de trois milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) afin de réduire sa dette dans un contexte défavorable pour les secteurs sidérurgique et minier.

Le groupe avait également dit qu'il recevrait 875 millions d'euros de la cession d'une participation de 35% dans Gestamp Automacion, spécialiste espagnol de l'acier pour l'automobile, à ses actionnaires majoritaires, mettant ainsi un terme à une coentreprise formée en 1998. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)