Les créanciers de la Grèce pourraient bientôt revenir à Athènes

dimanche 6 mars 2016 17h34
 

BRUXELLES, 6 mars (Reuters) - Des représentants des créanciers internationaux de la Grèce pourraient être de retour à Athènes d'ici une semaine pour commencer à rédiger les conclusions de l'examen d'étape des réformes, ouvrant ainsi la voie au versement de nouvelles aides et à des discussions sur l'allégement du fardeau de la dette, a-t-on appris de plusieurs sources européennes.

Les créanciers doivent juger si le gouvernement grec a mis en oeuvre les réformes prévues par l'accord d'aide conclu l'été dernier en échange de nouvelles aides financières.

Cette "revue" des réformes, entamée fin janvier, s'est interrompue le mois dernier en raison de divergences sur la réforme du système de retraites, politiquement très sensible, et sur les moyens de rendre l'économie et la dette grecques viables à moyen terme.

"Les contacts des derniers jours ont conduit à une situation dans laquelle il semble raisonnable de penser que la mission chargée de la revue, y compris les chefs de mission, pourrait être en mesure de se rendre à Athènes au cours de la semaine à venir, à confirmer demain", a dit un responsable proche des créanciers, sans plus de précision.

Une deuxième source a confirmé que la mission des créanciers pourrait se rendre à Athènes d'ici une semaine.

Les ministres des Finances de la zone euro doivent se réunir lundi à Bruxelles et la Grèce est l'un des principaux dossiers à l'ordre du jour de leurs discussions.

En l'absence de feu vert sur la mise en oeuvre des réformes promises par la Grèce, l'Eurogroupe ne pourrait pas autoriser le MES, le Mécanisme européen de stabilité, à verser les prochaines tranches d'aide financière à Athènes.

Ce feu vert est également indispensable à l'ouverture de pourparlers sur un allègement du fardeau de la dette, qui pourrait passer par un report des échéances, des périodes de grâce et des réductions de taux d'intérêt, sans toutefois aller jusqu'à un effacement partiel de la dette, un tabou pour certains créanciers.

Klaus Regling, le directeur général du MES, a déclaré le mois dernier que la revue en cours des réformes grecques pourrait être bouclée avant la fin du mois de mars.

(Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français)