Tsipras en appelle à "l'Europe de la solidarité" contre la peur

dimanche 6 mars 2016 15h41
 

ATHENES, 6 mars (Reuters) - La Grèce fera appel à la solidarité de ses partenaires européens sur la crise des réfugiés lors du sommet entre l'UE et la Turquie lundi à Bruxelles, a déclaré dimanche Alexis Tsipras, réclamant aux Européens de choisir entre "la peur et le racisme et la solidarité".

Le chef du gouvernement grec accuse l'Autriche et les pays des Balkans, par les restrictions imposées à leurs frontières, de pousser "l'Europe à la ruine".

Du fait des décisions de ces pays, quelque 30.000 migrants se trouvent aujourd'hui bloqués en Grèce, attendant la réouverture de la frontière macédonienne pour pouvoir poursuivre leur exode vers l'Europe occidentale, à commencer par l'Allemagne.

Avec les arrivées qui se poursuivent en provenance de Turquie via les îles de la mer Egée, ce nombre pourrait gonfler encore et atteindre les 100.000 d'ici la fin du mois, selon le commissaire européen aux Migrations et aux Affaires intérieures, le Grec Dimitris Avramopoulos.

"L'Europe est en crise de nerfs", a déclaré Tsipras qui s'exprimait lors d'une réunion du comité central de son parti, Syriza. "Est-ce qu'une Europe de la peur et du racisme va supplanter une Europe de la solidarité ?", s'est-il interrogé.

"L'Europe d'aujourd'hui est écrasée sous l'austérité et les frontières fermées. Elle laisse ses frontières ouvertes à l'austérité mais les ferme à ceux qui fuient la guerre", a poursuivi Tsipras.

"Des pays, l'Autriche en tête, veulent imposer la logique de l''Europe-forteresse' (...) Nous ne montrons personne du doigt, mais nous sommes contre ceux qui succombent à la xénophobie et au racisme."

VOIR AUSSI

LE POINT avant le sommet UE-Turquie de lundi:

(George Georgiopoulos; Henri-Pierre André pour le service français)