Wall Street ouvre en hausse après les chiffres de l'emploi privé

mercredi 30 septembre 2015 15h42
 

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

30 septembre (Reuters) - Wall Street a ouvert mercredi en hausse assez nette dans le sillage des Bourses étrangères et après l'annonce de créations d'emploi plus nombreuses que prévu dans le secteur privé en septembre aux Etats-Unis, un chiffre de bon augure à deux jours de la publication du rapport mensuel du département du Travail.

L'indice Dow Jones gagne 168,96 points peu après l'ouverture, soit 1,05%, à 16.218,09. Le Standard & Poor's 500 , plus large, progresse de 1,41% à 1.910,67 et le Nasdaq Composite prend 1,67% à 4.592,684.

Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 200.000 emplois en septembre, soit le chiffre le plus élevé depuis juin, selon l'enquête mensuelle du cabinet spécialisé ADP. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 194.000 créations d'emplois.

La situation de l'emploi est l'un des principaux facteurs que prend en compte la Réserve fédérale pour établir le calendrier du relèvement des taux d'intérêt.

Les intervenants de marché prendront connaissance en fin de séance de propos de la présidente de la Fed, Janet Yellen, qui doit prendre la parole lors d'une conférence à St. Louis au cours de laquelle s'exprimera également James Bullard, le président de l'antenne locale de la banque centrale.

Janet Yellen a clairement évoqué la semaine dernière une hausse des taux d'ici à la fin de l'année en soulignant qu'aux yeux des responsables de la Fed, l'économie américaine paraissait suffisamment armée pour résister aux troubles extérieurs.

Aux valeurs, l'action Ralph Lauren prend près de 10% dans les premiers échanges. Le groupe a annoncé mardi que son fondateur Ralph Lauren allait quitter ses fonctions de directeur général et que Stefan Larsson, président d'Old Navy, marque du groupe Gap, le remplacerait en novembre. Gap chute d'environ 6% peu après l'ouverture.

Wall Street avait timidement rebondi mardi au lendemain d'une chute de 2% mais s'inquiète toujours des conséquences sur l'économie mondiale de la panne de la croissance chinoise.

(Abhiram Nandakumar et Tanya Agrawal; Patrick Vignal pour le service français)