E.ON et Fortum pourraient fermer deux réacteurs en Suède

mercredi 30 septembre 2015 15h56
 

OSLO, 30 septembre (Reuters) - L'allemand E.ON et le finlandais Fortum, actionnaires de la centrale nucléaire suédoise d'Oskarshamn, doivent se réunir le 14 octobre pour discuter de la fermeture éventuelle de deux des réacteurs qui la composent, a indiqué mercredi l'opérateur du site, OKG.

Les deux groupes de services aux collectivités vont devoir débattre d'une fermeture définitive du réacteur Oskarshamn-2, à l'arrêt depuis mai 2013.

L'opportunité d'interrompre la production au niveau d'Oskarshamn-1 en vue d'une mise à l'arrêt définitive avant démantèlement doit également être examinée.

E.ON, actionnaire majoritaire de la centrale avec une participation de 54,5%, souhaite fermer définitivement Oskarshamn-2 dès que possible et lancer la mise à l'arrêt définitive d'Oskarshamn-1 entre 2017 et 2019.

Ces deux réacteurs ont été mis en service en 1972 et 1974 avec une durée d'exploitation prévue de 50 ans.

E.ON a justifié sa volonté de fermer précocement ces réacteurs par la décision des autorités suédoises d'augmenter la taxation de l'énergie nucléaire, qui a rendu non rentable l'exploitation des anciens réacteurs, plus petits.

Fortum, qui détient le solde d'Oskarshamn via ses filiales suédoises, s'oppose à ce projet qui pèserait sur ces comptes mais ne dispose pas d'un droit de veto.

La Suède compte au total dix réacteurs nucléaires, en comptant Oskarshman-1 et Oskarshman-2, et l'énergie nucléaire fournit environ 40% de son électricité. (Nerijus Adomaitis; Myriam Rivet pour le service français, édité par Véronique Tison)