La Chine abaisse l'apport minimum pour un 1er achat immobilier

mercredi 30 septembre 2015 13h27
 

PEKIN, 30 septembre (Reuters) - Les autorités chinoises ont annoncé mercredi l'abaissement de l'apport minimum requis pour un premier achat immobilier dans de nombreuses villes du pays, une nouvelle mesure de soutien au marché résidentiel et à l'économie en général.

Cette annonce intervient au lendemain de celle d'une division par deux des taxes sur les achats de voiture de moins de 1,6 litre de cylindrée, qui devrait favoriser le marché automobile.

La banque centrale et l'autorité du secteur bancaire ont précisé que l'apport minimum exigé des primo-acquéreurs d'un bien immobilier serait désormais de 25% du prix total, contre 30% jusqu'à présent, dans la majeure partie des grandes villes du pays.

Cette mesure vise à "soutenir une consommation raisonnable de logement", ont déclaré la Banque populaire de Chine (BPC) et la Commission de régulation bancaire dans un communiqué publié sur le site de la BPC.

Le secteur de l'immobilier représente 15% du produit intérieur brut (PIB) chinois, or la croissance des investissements qu'il attire est tombée à 3,5% en rythme annuel sur les huit premiers mois de cette année, le chiffre le plus faible enregistré depuis début 2009.

Les prix de l'immobilier en Chine ont toutefois augmenté en août pour le quatrième mois d'affilée, tandis que les ventes et la confiance des professionnels du secteur s'amélioraient, faisant de ce marché l'un des rares voyants encore au vert dans un tableau économique globalement préoccupant.

La baisse de l'apport minimum ne concerne pas certaines grandes métropoles comme Pékin, Shanghai et Shenzhen, où s'appliquent des restrictions particulières censées empêcher la formation de bulles spéculatives. (Xiaoyi Shao et Jason Subler; Marc Angrand pour le service français)