RBS pourrait racheter ses actions pour accélérer sa privatisation

mardi 29 septembre 2015 14h30
 

LONDRES, 29 septembre (Reuters) - Royal Bank of Scotland (RBS) pourrait racheter ses propres actions pour faciliter le désengagement de l'Etat britannique, qui possède toujours 73% du capital de la banque, a déclaré mardi son directeur général à des investisseurs.

L'Etat britannique a cédé le 4 août une participation de 5,4% dans RBS à 330 pence par action, soit un tiers de moins que le prix qu'il avait payé les titres lorsqu'il avait injecté 45,8 milliards de livres (61,96 milliards d'euros) pour sauver la banque de la faillite en 2008, au plus fort de la crise financière.

Le gouvernement, critiqué pour le moment choisi pour cette opération, qui s'est traduite par une moins-value de 1,1 milliard de livres, compte vendre trois quarts de la participation de l'Etat dans RBS au cours des cinq prochaines années.

"J'aurais tendance à accompagner le mouvement de vente engagé par l'Etat (...) Je crois que c'est probablement la meilleure chose à faire pour tous les investisseurs, lorsque le capital excédentaire revient via des rachats d'actions", a dit Ross McEwan lors d'une conférence à Londres.

Il a ajouté que RBS était en passe de respecter ses principaux objectifs financiers.

RBS vise un ratio de fonds propres "Tier 1" de 13% et prévoit de redistribuer les sommes excédentaires par rapport à ce ratio, peut-être via des rachats d'actions. (Matt Scuffham; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)