LEAD 1-Müller favori pour succéder à Winterkorn à la tête de VW

jeudi 24 septembre 2015 18h05
 

24 septembre (Reuters) - Matthias Müller, président du directoire de Porsche et ancien chef de produits chez VW et Audi, sera désigné vendredi président du directoire du groupe Volkswagen en remplacement de Martin Winterkorn, démissionnaire, a dit jeudi à Reuters une source proche du dossier.

Müller, cité depuis plusieurs jours comme le favori à la succession de Winterkorn, a l'assurance d'obtenir une majorité parmi les 20 membres du conseil de surveillance, a-t-on expliqué.

Volkswagen s'est refusé à tout commentaire.

Martin Winterkorn, un ingénieur de formation qui était à la tête du premier constructeur automobile européen depuis près de neuf ans, a démissionné mercredi soir en assumant la responsabilité du scandale sur le trucage des tests anti-pollution des voitures diesel de VW et d'Audi aux Etats-Unis.

Agé de 62 ans, Müller a quitté Audi en 2010 pour prendre les commandes de Porsche. Ferdinand Piëch, l'ex-président du conseil de surveillance de Volkswagen, en avait fait son favori pour le poste de président du directoire avant de démissionner en avril après une lutte de pouvoir dont Martin Winterkorn est sorti vainqueur.

Les représentants du personnel qui occupent la moitié des sièges au conseil de surveillance "n'accepteront qu'une personnalité avec une grande expertise technique et entrepreneuriale, ainsi qu'une grande compétence sociale", écrit Bernd Osterloh, le président du conseil d'entreprise, dans une lettre aux collaborateurs du groupe publiée jeudi.

D'autres annonces de départs et de nominations sont attendues vendredi.

Ulrich Hackenberg, patron de la recherche et développement chez Audi et longtemps haut responsable de la marque VW, et Wolfgang Hatz, responsable des moteurs chez Porsche, devraient être remerciés tout comme Michael Horn, le directeur de la filiale américaine d'où est parti le scandale.

Deux sources ont indiqué que Winfried Vahland, actuel patron de la filiale tchèque Skoda, était le mieux placé pour prendre la direction des opérations américaines. Un siège lui sera proposé au directoire afin que la filiale soit mieux contrôlée du siège, a-t-on ajouté. (Andreas Cremer, Véronique Tison pour le service français)