24 septembre 2015 / 16:38 / il y a 2 ans

LEAD 1-La France va procéder à des tests aléatoires des autos-Royal

* Table-ronde avec les constructeurs français au ministère de l'Ecologie

* Une centaine de voitures vont être tirées au sort

* Elles seront testées sur le circuit de Montlhéry-UTAC

* PSA et Renault prêts à ouvrir leurs laboratoires à des experts (Actualisé avec citations et précisions)

PARIS, 24 septembre (Reuters) - Ségolène Royal et les constructeurs automobiles français ont annoncé jeudi l'organisation de tests aléatoires sur des voitures circulant en France pour vérifier leur niveau de pollution après le scandale Volkswagen.

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie a également plaidé pour une accélération de la réforme des procédures de contrôle de la pollution des automobiles pour qu'elles soient plus proches des conditions réelles de conduite.

Cette réforme devra être effective avant la fin de l'année, a-t-elle dit lors d'une rencontre avec les représentants des constructeurs français d'automobiles et des marques étrangères commercialisées dans l'Hexagone.

"Nous avons imaginé ensemble de procéder à des contrôles aléatoires en partenariat avec mon ministère", a expliqué Ségolène Royal sur BFM TV.

"Il va y avoir un tirage au sort, les propriétaires de voitures vont être contactés pour savoir si cela leur plaît de participer à ce contrôle, bien évidemment il faudra qu'ils soient d'accord, je pense qu'ils le seront", a-t-elle ajouté.

Les émissions d'une centaine de voitures seront ainsi mesurées en situation semi-réelle, probablement sur le circuit d'essai de l'Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle (UTAC), à Montlhéry (Essonne), a déclaré de son côté Béatrice Lopez, directrice marque de l'UTAC, en marge d'une conférence de presse au ministère de l'Ecologie.

"L'autre axe, c'est l'ouverture à des experts en électronique des laboratoires des constructeurs, qui décident de jouer franc jeu sur ce dossier-là pour vraiment enlever toute suspicion par rapport à la fraude", a ajouté Laurent Benoît, directeur de l'UTAC, au cours de la conférence de presse.

Le patron de Volkswagen Martin Winterkorn a annoncé sa démission mercredi, assumant la responsabilité de la manipulation par logiciel embarqué des tests sur les émissions polluantes des véhicules du groupe.

PSA et Renault ont assuré ne pas installer dans leurs véhicules de dispositifs visant à fausser les émissions pour réussir les contrôles d'homologation. Thierry Archambault, représentant des marques étrangères commercialisées en France, a déclaré pour sa part n'avoir connaissance d'aucune manipulation, à l'exception de celle de Volkswagen.

"Je crois sur parole ce que nous disent les industriels français (...) mais on vit dans un monde où il faut prouver la vérité de ce que l'on dit", a poursuivi Ségolène Royal. "Mon souci, ce n'est pas parce qu'un industriel a triché qu'il faut jeter le discrédit sur tous les constructeurs automobiles." (Gilles Guillaume, avec Gérard Bon, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below