LEAD 1-Net repli de la Bourse de Tokyo après 3 jours de fermeture

jeudi 24 septembre 2015 08h47
 

(Actualisé avec précisions)

TOKYO, 24 septembre (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse jeudi, à son plus bas niveau en plus de deux semaines, après trois jours de fermeture, affaiblie par les mauvaises performances des secteurs manufacturiers chinois et américains en septembre.

Le ralentissement économique en Chine commence aussi à affecter l'activité manufacturière au Japon, dont la croissance a ralenti en septembre en raison d'un net recul des commandes à l'exportation, selon l'indice des directeurs d'achats Markit/Nikkei (PMI) publié jeudi.

L'indice Nikkei a perdu 498,38 points, soit 2,76%, à 17.571,83 points, son niveau de clôture le plus faible depuis le 8 septembre, tandis que le Topix, plus large, a cédé 35,41 points (-2,42%) à 1.426,97 points.

L'activité dans le secteur manufacturier en Chine a touché un creux de six ans et demi en septembre et la croissance du secteur manufacturier est restée à son plus bas niveau en près de deux ans aux Etats-Unis.

Ces faibles indicateurs industriels ont pesé sur le sous-indice Topix du secteur des machines-outils, qui a chuté de 5%. Hitachi Construction Machinery a perdu 7,89%, Kawasaki Heavy Industries 6,44%, Komatsu 5,76%, Okuma 9,13% et Makita 7,75%. Une note négative de Goldman Sachs sur le secteur, avec plusieurs baisses de recommandation, a accentué les pertes.

Les constructeurs automobiles ont souffert aussi, réagissant à retardement au scandale Volkswagen, qui braque les projecteurs sur le respect des normes anti-pollution dans le secteur. Mais le grand concurrent de Volkswagen, Toyota Motor n'a cédé que 1,85%, reculant moins que le reste du compartiment en Bourse.

Le secteur de la distribution a progressé contre la tendance. Son sous-indice Topix a pris 0,75%.

"La distribution repart depuis deux mois, ce qui est un soulagement incroyable alors que la situation se présente mal côté exportations", dit Nicholas Smith, chez CLSA. (Ayai Tomisawa et Joshua Hunt, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)