France-Hidalgo veut redessiner Paris, simplifier l'organisation

mardi 22 septembre 2015 10h59
 

PARIS, 22 septembre (Reuters) - Anne Hidalgo souhaite fusionner la commune et le département de Paris en une seule collectivité, redessiner les arrondissements et récupérer une bonne partie des pouvoirs du préfet de police à l'exception du maintien de l'ordre, rapporte mardi Le Monde.

Selon le journal, la maire de Paris a adressé ce mois-ci une note en ce sens à François Hollande et au Premier ministre Manuel Valls et l'exécutif réfléchit à un projet de loi qui permettrait de modifier le statut de la capitale.

"A moi de porter une nouvelle étape dans l'histoire de la conquête démocratique de Paris, qui ne fasse plus peur à l'Etat central", a-t-elle dit au Monde, ajoutant : "Il y a un souhait du gouvernement d'accompagner la démarche qui est la mienne."

Pour Anne Hidalgo, il s'agit d'abord de rationaliser l'organisation administrative de Paris, qui est à la fois une commune et un département avec deux budgets distincts, au moment où émerge le projet de Grand Paris.

"Je suis allée jusqu'au bout de ce que je pouvais faire pour mutualiser les services et les compétences de la commune et du département", dit-elle au Monde, "pour franchir un pas supplémentaire, il faut un texte législatif".

L'élue souhaite d'autre part faire "évoluer" la carte des arrondissements, au vu de leurs écarts de population "considérables", le Ier Arrondissement comptant par exemple quinze fois moins d'habitants que le XVe, qui sont un obstacle à l'égalité de traitement des usagers.

"C'est un sujet que je veux aborder sans donner l'impression de fermer le jeu, pour ne pas être accusée d'arrière-pensée électoraliste", assure encore Anne Hidalgo.

Elle ambitionne de disposer des mêmes pouvoirs que les autres maires face à une préfecture de police qui a aujourd'hui autorité sur certains axes de circulation, l'urbanisme de certains quartiers ou la réglementation des débits de boisson.

Anne Hidalgo, qui dit vouloir "sortir de la relation de défiance historique de l'Etat envers la capitale", dénonce comme "obsolète" la tutelle de l'Etat sur la ville.

Au moment où elle est en conflit ouvert avec le ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur l'ouverture des commerces le dimanche, la maire juge qu'"il faut que certains grands ministères très jacobins comprennent que les villes-mondes comme Paris sont porteuses de modernité face aux Etats centraux". (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)