France-Macron invite à s'interroger sur les missions de l'Etat

vendredi 18 septembre 2015 16h19
 

PARIS, 18 septembre (Reuters) - Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a estimé vendredi qu'il serait très difficile de réduire davantage les dépenses publiques sans s'interroger sur les missions de l'Etat français, une idée qui pourrait raviver des contestations à gauche.

En août, lors de l'université d'été du Medef, Emmanuel Macron avait estimé que la France serait capable de ramener sa dépense publique à 50% du Produit intérieur brut en 2022 contre 55,4% prévus cette année.

Estimant que les 50 milliards d'euros d'économies prévus sur la période 2015-2017 mettaient la France sur la bonne trajectoire, il a cependant estimé vendredi qu'il faudrait aller beaucoup plus loin encore dans les réformes.

"On a pris des mesures dures, nécessaires mais qui ne nous permettront pas d'aller au bout du cycle 2022", a-t-il dit.

Ramener le taux de dépenses de "53%, 53,5%", soit le niveau attendu en 2017, à 50%, "c'est plus difficile parce que les réformes paramétriques que nous sommes en train de conduire (...), on est quasiment au bout", a-t-il dit.

Le prochain quinquennat nécessitera donc d'aller plus loin, non seulement sur "les réformes structurelles dans la sphère sociale" mais aussi sur la place de l'Etat lui-même. "Sur la sphère étatique, il faut s'interroger sur les missions de manière plus transparente."

Le ministre de l'Economie a aussi lancé l'idée d'un contrôle des économies réalisées par les collectivités territoriales, une pierre dans leur jardin au moment où les communes se mobilisent contre la baisse des dotations de l'Etat.

Emmanuel Macron, qui voit dans les menaces de réduction des investissements "de mauvais ajustements", a estimé qu'il faudrait mettre en place un système de "contractualisation" qui verrait des "baisses intelligentes des dépenses" être compensées pour les collectivités par davantage de "visibilité". (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)