AVANT-PAPIER-BPCE-Incertitudes sur la gouvernance avant le verdict sur Pérol

lundi 21 septembre 2015 14h08
 

* Le verdict est attendu jeudi 24 septembre

* Pérol n'a jamais dit s'il démissionnerait

* Klein, Mignon ou Wahl évoqués comme possibles successeurs

* L'hypothèse d'un "parachutage" rejeté en interne

par Julien Ponthus

PARIS, 21 septembre (Reuters) - Qui sera jeudi soir à la tête des 108.000 employés de BPCE ? A quelques jours de l'annonce du jugement concernant François Pérol, poursuivi pour prise illégale d'intérêts, cette question taraude le secteur bancaire, tant la position du patron du groupe serait fragilisée en cas de condamnation.

Le Parquet national financier a requis début juillet la condamnation de François Pérol à deux ans de prison avec sursis, 30.000 euros d'amende et demandé que soit prononcée à son encontre une interdiction définitive d'exercer toute fonction publique.

Il lui est reproché d'avoir pris en 2009 la tête de BPCE, maison mère de la banque Natixis, après avoir été associé de manière étroite aux négociations sur la fusion de l'organe central des Banques populaires et des Caisses d'épargne lorsqu'il était secrétaire général adjoint à l'Elysée.

François Pérol conteste pour sa part toute prise illégale d'intérêts, assurant n'avoir eu aucune "autorité décisionnelle" à l'Elysée et n'avoir eu aucun doute déontologique au moment de sa nomination.   Suite...