Trois syndicats d'Air France appellent à la grève le 5 octobre

jeudi 17 septembre 2015 18h30
 

PARIS, 17 septembre (Reuters) - La CGT, FO et l'Unsa appellent le personnel au sol d'Air France à faire grève le 5 octobre pour protester contre les suppressions de postes envisagées par la direction, ont déclaré jeudi à Reuters les représentants de ces trois syndicats.

La direction d'Air France présentera ce jour-là lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire les mesures qu'elle jugera nécessaires pour redresser la compagnie aérienne en difficulté.

La CFE-CGC, FO et la CFDT d'Air France se sont dit prêts mercredi à s'engager dans une grève "dure" en octobre si la direction annonce un plan de réduction d'effectifs et de fermetures massives de lignes.

Mais la CFE-CGC, le premier syndicat d'Air France, ne s'associe pas à l'appel à la grève du 5 octobre, attendant d'abord les annonces de la compagnie.

"La CFE-CGC continue de travailler à éviter des licenciements et espère que cette démarche saura nous préserver du pire", a indiqué à Reuters le secrétaire général du syndicat, Ronald Noirot.

Air France a annoncé le 4 septembre aux représentants du personnel qu'elle pourrait devoir réduire de 10% son réseau long-courrier d'ici 2017, entraînant des suppressions de postes, dont des licenciements secs, si elle ne parvient pas à un accord avec les navigants d'ici la fin du mois sur son plan de restructuration "Perform 2020".

Pour éviter d'avoir à activer ce "plan B", la direction s'est fixé un calendrier soutenu de réunions de négociations avec les hôtesses, stewards et pilotes en prévision des conseils d'administration du groupe Air France-KLM le 1er octobre et d'Air France le 2 octobre.

"Air France concentre toutes ses énergies sur les négociations en cours pour mettre en oeuvre le plan de productivité et de croissance 'Perform 2020'", a déclaré un porte-parole de la compagnie en réaction à l'appel à la grève.

"Il est dans l'intérêt de la compagnie, de ses personnels et de ses clients de jouer collectif et de tout faire pour éviter l'attrition."

La direction d'Air France est en outre engagée dans un nouveau bras de fer avec le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), déjà à l'origine de la grève historique de septembre 2014.

Le tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny a mis jeudi en délibéré jusqu'au 16 octobre son jugement sur la plainte d'Air France contre le SNPL, auquel elle reproche de ne pas faire ce qu'il faut pour solder le plan de restructuration précédent, "Transform 2015", ce que le syndicat conteste. (Cyril Altmeyer, édité par Benjamin Mallet)