RPT-BOURSE-PSA et Total en tête du CAC, valeurs préférées de GS

vendredi 11 septembre 2015 12h20
 

PARIS, 11 septembre (Reuters) - Total et PSA Peugeot Citroën signent les deux plus fortes hausses du CAC 40 vendredi à la Bourse de Paris, Goldman Sachs ayant intégré les deux titres à ses listes de valeurs préférées (Conviction Lists) de l'automobile et du pétrole.

Le broker est également passé à l'achat (contre neutre) sur Total et a réitéré son conseil d'achat sur PSA.

Vers 11h45, Total gagne 1,08% et PSA progresse de 0,64% et signent les plus fortes hausses du CAC 40 tandis que l'indice recule de 0,75%.

Dans une note sur l'automobile européenne, Goldman Sachs estime que la montée du risque autour du secteur reflète la montée des craintes sur la Chine, les dévaluations dans les marchés émergents et des perspectives de croissance incertaines.

L'intermédiaire rappelle que la "normalisation de la rentabilité" en Chine était un de ses thèmes clefs au début 2015 et constate qu'il se matérialise bien plus rapidement qu'attendu.

Les incertitudes sur la croissance macroéconomique ont conduit le broker à abaisser en moyenne de 3,4% ses prévisions de bénéfice par action 2015-2018 des valeurs automobiles européennes qu'il couvre.

"Nous continuons à privilégier les thèmes de la restructuration et de la reprise en Europe et d'y voir une opportunité renouvelée d'acheter le grands bénéficiaires, PSA", écrit-il.

Dans une note séparée sur le secteur pétrolier, Goldman Sachs abaisse ses prévisions de prix du brut pour 2016, de 62 à 49,5 dollars le baril de Brent, et estime qu'un cours plancher devrait être atteint dans les six à neuf mois.

Il passe ainsi de prudent à neutre sur le secteur et dit s'attendre à ce que le rendement du cash flow disponible touche un plus bas en 2016 avant de se redresser en 2017-2018 à la faveur d'une remontée du brut et de réductions de coût.

Dans cette perspective, le courtier souligne que le double relèvement de Total est basé sur une croissance solide de son cash flow, une exposition attractive au raffinage (aval), sa flexibilité en matière d'investissements en capital fixe, et sa capacité à procéder à des cessions. (Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)