LEAD 1-La justice ordonne la fin de la grève à Lufthansa

mercredi 9 septembre 2015 14h50
 

(Actualisé avec réaction, contexte)

FRANCFORT, 9 septembre (Reuters) - Un tribunal régional allemand a ordonné mercredi aux pilotes de Lufthansa de mettre fin à leur grève, validant ainsi un référé de la compagnie allemande dont un millier de vols ont dû être annulés en deux jours.

Cette décision signifie la reprise immédiate du travail, a par la suite fait savoir le syndicat de pilotes Vereinigung Cockpit (VC), qui est engagé depuis 18 mois dans un bras de fer avec la compagnie sur les salaires, les retraites et les réductions de coûts. On ignore toutefois quand le trafic reviendra à la normale.

Un tribunal de Francfort avait autorisé la veille les pilotes à poursuivre leur mouvement, dont la direction contestait la légalité au motif qu'un accord salarial est en vigueur au sein de la compagnie, mais le verdict de mercredi s'y substitue.

"Nous sommes surpris de cette décision. Nous allons l'examiner et en tirer les conclusions pour notre bataille pour l'emploi qui continue", a déclaré Markus Wahl, porte-parole de VC.

Depuis le début de l'année, les grèves ont coûté une centaine de millions d'euros à la compagnie, engagée dans une politique de réduction des coûts pour faire face à la concurrence des transporteurs low cost comme Ryanair qui ciblent l'Allemagne.

La compagnie irlandaise a d'ailleurs relevé mercredi de 25% sa prévision de bénéfice annuel, grâce à un trafic important pendant l'été, ce qui faisait bondir son titre de 6% en Bourse.

Vereinigung Cockpit, qui représente environ 5.000 pilotes de la Lufthansa et de sa filiale Germanwings, demande à la direction de Lufthansa de suspendre le développement de la filiale low cost Eurowings, qui opère sous licence autrichienne, tant que les négociations se poursuivent.

Interrogé par un journal local, le président de la fédération patronale allemande BDA,Ingo Kramer, a jugé que la grève était préjudiciable à l'ensemble de l'économie allemande et ajouté que les revendications des pilotes étaient contestables d'un point de vue légal. (Peter Maushagen et Kirsti Knolle, Wilfrid Exbrayat et Jean-Philippe Lefief pour le service français)