BOURSE-Asos baisse à Londres après le départ de son fondateur

mercredi 2 septembre 2015 10h28
 

LONDRES, 2 septembre (Reuters) - Asos perd plus de 2% à la Bourse de Londres mercredi en réaction au départ de son fondateur et directeur général Nick Robertson, qui en 15 ans a transformé sa petite boutique de mode en ligne en enseigne mondialement connue.

Asos, qui cible une clientèle jeune mais a aussi séduit des personnalités comme la chanteuse britannique Rita Ora ou la "First Lady" américaine Michelle Obama, a annoncé que Nick Robertson resterait au sein du groupe comme administrateur non exécutif.

Il est remplacé avec effet immédiat par Nick Beighton, entré dans le groupe en 2009 comme directeur financier et promu l'an dernier au poste de directeur des opérations.

L'action perd 2,61% à 29,08 livres vers 8h20 GMT après avoir reculé jusqu'à 28,15 dans les premiers échanges.

Selon un trader, l'ex-directeur général risque de vendre une partie de ses actions, ce qui tirerait le cours à la baisse. Robertson a une participation de 8,4% dans Asos, selon les données de Thomson Reuters.

Asos, jusque là chouchou des investisseurs britanniques, a dû lancer l'an dernier trois avertissements sur ses résultats en raison des variations des taux de change et de ses besoins en investissements. Le titre s'est cependant redressé pour afficher un gain de 16% depuis le début de l'année et, après un solide troisième trimestre, Asos a relevé en juillet ses prévisions de résultats pour l'ensemble de son exercice clos fin août.

Nick Robertson et Quentin Griffiths avaient fondé la société alors appelée As Seen On Screen en 2000, avant de l'introduire un an plus tard sur le nouveau marché londonien AIM (Alternative Investment Market) au prix de 20 pence par action.

Le titre avait atteint un pic de 71,95 livres en février 2014 avant le premier des trois avertissements sur résultats.

A son cours de clôture de 29,84 livres mardi, Asos affiche une capitalisation boursière de 2,5 milliards de livres (3,4 milliards d'euros). (James Davey, Véronique Tison pour le service français)