Scénario-Vivendi, géant des télécoms et médias en 2022-Natixis

mardi 1 septembre 2015 10h53
 

PARIS, 1er septembre (Reuters) - Vivendi devrait avoir totalement changé de physionomie d'ici sept ans et pourrait être au coeur de la constitution du premier groupe européen des télécoms et des médias en 2022, estime mardi Natixis dans une note envisageant l'avenir du groupe.

Le scénario élaboré par le courtier est celui de la constitution d'un groupe passant par un rapprochement progressif de Vivendi avec Telecom Italia, Telefonica, Orange et Mediaset et dont le groupe français de médias détiendrait une participation de contrôle.

Ce canevas repose sur plusieurs décisions stratégiques qui ne sont pas d'actualité pour le moment, précise Natixis, comme la cession d'UMG, la fusion de Telecom Italia et Telefonica, l'acquisition de Mediaset et un accord avec l'Etat français sur Orange.

"Nous nous interrogeons sur la forme que pourrait prendre Vivendi en 2022, au moment du départ de Vincent Bolloré de la présidence du groupe Bolloré. Rappelons qu'il est aussi président du conseil de surveillance du groupe Vivendi et pilote à cet effet la stratégie du groupe", écrit Natixis.

L'intermédiaire précise que sa note vise à développer son interprétation des mouvements initiés depuis quelques mois par le management actuel de Vivendi.

"En l'état actuel des choses, cette perspective peut donc sembler totalement extravagante, mais nous sommes convaincus qu'elle est crédible car elle s'inscrit dans une tendance longue et irrémédiable: la consolidation des marchés européens des télécoms et des médias", considère Natixis.

Vivendi et Vincent Bolloré disposent de l'ambition et des moyens financiers pour réaliser ce projet de long terme, qui semble "potentiellement fortement créateur de valeur" pour les actionnaires minoritaires de Vivendi, ajoute le broker.

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Vivendi pour commenter la note de Natixis.

Début juillet, Vivendi s'est dit satisfait de sa participation de près de 15% dans Telecom Italia tout en n'excluant pas de l'augmenter. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)