August 31, 2015 / 8:00 AM / 2 years ago

LEAD 1-Clôture mitigée des Bourses chinoises, nouvelle chute sur le mois

2 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec précisions)

SHANGHAI, 31 août (Reuters) - Les valeurs chinoises ont repris l'essentiel de leurs pertes lundi en fin de séance, alors que les autorités s'attaquent à la spéculation et aux comportements délictueux sur les marchés d'actions qu'elles jugent responsables du krach boursier.

Les deux grands indices boursiers, qui ont plongé de plus de 4% en séance, ont terminé sur une note mitigée après un rebond de 10% sur les deux séances précédentes.

L'indice des valeurs vedettes chinoises CSI300 a effacé ses pertes en fin de séance pour terminer en hausse de 0,73% à 3.366,54 points, tandis que l'indice composite de Shanghai a reculé de 0,78% à 3.207,07 points.

Mais les indices CSI300 et Shanghai Composite accusent tous deux une nouvelle chute mensuelle, pour le troisième mois d'affilée, en repli de, respectivement, 11,8% et 12,5%. Depuis mi-juin, les indices ont abandonné près de 40% malgré une série de mesures radicales pour tenter d'interrompre l'hémorragie.

La Bourse de Hong Kong avance encore de 0,42% à la clôture à Shanghai, après son rebond de la semaine dernière.

"Un repli du marché était prévisible avec les prises de profits de certains investisseurs à la suite du rally de deux jours", écrit Gerry Alfonso, de Shenwan Hongyuan Securities.

"Les investisseurs semblent attendre l'indice PMI de l'activité manufacturière qui doit être publié cette semaine avant de prendre des décisions importantes", ajoute-t-il.

Pékin publiera mardi l'indice officiel de son activité manufacturière, qui devrait confirmer le ralentissement du secteur.

Plusieurs personnalités, dont un journaliste, faisant l'objet d'enquêtes des autorités chinoises à la suite des récentes turbulences boursières, se sont livrées à un exercice de contrition, rapportent les médias officiels.

Mais la plupart des analystes attribuent le krach de l'été à un classique éclatement de la bulle spéculative qui avait été encouragée par les médias officiels et financée par la dette.

Samuel Shen et Pete Sweeney, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below