Valls met en garde contre la fragmentation du PS et de la gauche

dimanche 30 août 2015 15h55
 

* Le rassemblement est une nécessité, dit le Premier ministre

* Après la polémique Macron, il appelle au respect

* Il tend la main aux écologistes

* Il maintient le cap des réformes, sans annonces

LA ROCHELLE, Charente-Maritime, 30 août (Reuters) - Manuel Valls a appelé dimanche la gauche à dépasser ses différences face à l'"envie de revanche" de Nicolas Sarkozy et au "désastre national" que porte selon lui le Front national, et réaffirmé sa volonté de réforme dans un esprit de "protection".

Pour sa deuxième intervention à l'université du Parti socialiste depuis sa nomination, le Premier ministre s'est attaché -- une nouvelle fois -- à ramener un semblant d'unité dans les rangs après les soubresauts provoqués par les critiques d'Emmanuel Macron contre les 35 heures. ( )

Le nom du ministre de l'Economie, qui était absent du campus socialiste de La Rochelle après des interventions controversées devant les réformateurs du PS et le Medef, a été conspué par des membres du MJS, le Mouvement des jeunes socialistes, qui ont scandé "Macron démission, Taubira à Matignon" lors d'un banquet auquel assistait Manuel Valls samedi soir. Il a en revanche été poliment applaudi dimanche.

"C'est la vieille schizophrénie de la gauche socialiste (...) où les discours militants se réchauffent le coeur dans 'Plus à gauche que moi tu meurs' et où le PS au pouvoir est obligé d'affronter les réalités de facon crédible. Il y a ce refoulement", relève le député PS "réformateur" Gilles Savary.

A l'approche d'échéances électorales périlleuses pour la majorité, les régionales de décembre où le FN brigue de nouvelles victoires, Manuel Valls s'est de nouveau conformé à ce délicat équilibre, consentant des gages à l'aile gauche du parti tout en assurant les acteurs économiques de la "cohérence" et de la "constance" des choix gouvernementaux.   Suite...