Après le "QE", les marchés vont devoir se faire au "QT"

vendredi 28 août 2015 19h04
 

par Jamie McGeever

LONDRES, 28 août (Reuters) - Après six ans de QE, le "quantitative easing" ou assouplissement quantitatif, qui a conduit les banques centrales à injecter des milliers de milliards d'euros dans le système financier mondial pour soutenir le crédit et l'activité, les investisseurs doivent aujourd'hui s'adapter au "QT".

Le "quantitative tightening", littéralement "resserrement quantitatif", prend en effet de l'ampleur avec la vente par la Chine d'une partie de ses réserves de change pour protéger son économie et ses marchés contre les effets des sorties de capitaux observées ces derniers mois. Et d'autres pays émergents semblent emboîter le pas de Pékin.

Les analystes de Citi estiment que les réserves de change mondiales ont diminué au rythme de 59 milliards de dollars par mois depuis environ un an, et de près de 100 milliards mensuels ces tout derniers mois.

Selon une source d'une autre grande banque internationale, les banques centrales des pays émergents pourraient avoir vendu jusqu'à 200 milliards de dollars de réserves de change au cours du seul mois d'août, dont probablement 100 à 150 milliards pour la Chine.

"Le potentiel de nouvelles sorties de Chine est énorme", dit George Saravelos, analyste spécialisé de Deutsche Bank à Londres. "Le résultat final, c'est que le marchés pourraient craindre une montée en puissance du QT."

La Chine détient, de loin, les plus importantes réserves de change du monde, constituées en majeure partie d'actifs libellés en dollar américain, dont des bons du Trésor et des obligations. Fin juin, ces réserves s'élevaient à 3.690 milliards de dollars.

Ce matelas a diminué depuis le pic atteint il y a un an à près de 4.000 milliards de dollars. Une partie de ce recul est lié aux fluctuations des taux de change avec la hausse du billet vert mais les ventes décidées par Pékin ont pris une importance croissante ces derniers temps.

Il est difficile de connaître avec certitude le montant de ces cessions et leur composition, la Chine ne publiant pas le détail de la composition de ses réserves, que ce soit par devises ou par type d'actifs.   Suite...