** LE POINT SUR LES MARCHÉS avant l'ouverture en Europe **

mercredi 26 août 2015 07h50
 

PARIS, 26 août (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en net repli mercredi au lendemain d'un fort rebond alors que Wall Street a terminé en baisse, ne parvenant pas à maintenir ses gains initiaux, les inquiétudes sur l'économie chinoise l'emportant sur l'impact d'un nouvel assouplissement monétaire annoncé par Pékin pour soutenir l'activité et enrayer le plongeon des Bourses.

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 3,1% à l'ouverture, le Dax à Francfort 2,4% et le FTSE à Londres 1,7%.

Les places asiatiques peinent à se stabiliser, l'indice CSI300 des principales entreprises cotées à Shanghai et Shenzhen gagnant toutefois plus de 3% vers 05h40 et l'indice composite de la Bourse de Shanghai près de 2,6%, repassant au-dessus du seuil des 3.000 points. A Tokyo, l'indice Nikkei 225 se reprend de près de 3% mais l'indice MSCI des places asiatiques hors Japon ne progresse que de 0,9%.

Après une chute de près de 20% des actions chinoises en trois séances, la Banque populaire de Chine (BPC) a annoncé mardi une baisse de ses taux directeurs et des taux de réserves obligatoires imposées au banque afin de soutenir le crédit.

Le coup de fouet donné aux marchés par ce deuxième assouplissement monétaire de la BPC en deux mois a fait long feu, les inquiétudes sur la croissance de l'économie chinoise reprenant rapidement le dessus.

"Le sentiment de marché est dans l'ensemble d'éviter la prise de risque, ce qui explique que les investisseurs n'ont pas été pleinement rassurés par l'initiative de Pékin, estimant qu'il faudra faire plus pour rétablir la confiance", a dit Grace Tam, stratégiste chez JP Morgan Asset Management.

La persistance des incertitudes a bénéficié aux marchés obligataires, le rendement des obligations du Trésor américain à dix ans se détendant légèrement.

La perspective d'un report de la hausse de ses taux par la Réserve fédérale américaine en raison des turbulences sur les marchés a pesé sur le dollar, qui s'était nettement repris mardi. La devise américaine n'est pas parvenue à se maintenir au-dessus du seuil de 120 yens, retombant à 119,34 tandis que l'euro s'échange à 1,1474 dollar après avoir touché un point bas de 1,1396 la veille.

Sur le marché pétrolier, le baril de Brent poursuit son rebond après son plus pas de six ans et demi atteint lundi à 42,23 dollars et s'inscrit à 43,52 dollars. PRINCIPAUX INDICATEURS A L'AGENDA DU 26 AOÛT PAYS GMT INDICATEUR PÉRIODE CONSENSUS PRÉCÉDENT USA 12h30 Commandes de biens durables juillet -0,4% +0,6%   Suite...