August 25, 2015 / 1:06 AM / 2 years ago

LEAD 1-La glissade continue à la Bourse de Tokyo

3 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec effacement d'une partie des pertes après une heure de cotation, ministres des Finances et de l'Economie)

TOKYO, 25 août (Reuters) - La Bourse de Tokyo est repartie à la baisse mardi matin au lendemain du "lundi noir" vécu par les places financières entraînées par la nouvelle débâcle des Bourses chinoises.

L'indice Nikkei, qui a ouvert sur un recul de 1,99%, a accentué ses pertes dans les premiers échanges, cédant jusqu'à 4% après une vingtaine de minutes de cotation.

Mais il a effacé par la suite une partie de ses pertes: à 01h00 GMT, une heure après l'ouverture, l'indice vedette de la place japonaise cède 2,54% à 18.070,57 points.

L'indice Topix, plus large, qui perdait 2,02% à l'ouverture et a rapidement dévissé davantage, cède lui 2,69% à 1.440,66 points.

Pour autant, le ralentissement de la croissance chinois et le risque induit pour l'ensemble de l'économie mondiale continuent de peser très fortement sur les marchés.

"J'espère que les autorités chinoises vont prendre des mesures appropriées pour stabiliser l'économie, qui a un fort impact sur la croissance mondiale", a déclaré mardi devant la presse le ministre japonais des Finances, Taro Aso.

Son homologue chargé de l'Economie, Akira Amari, a expliqué pour sa part qu'une bulle s'était formée sur les marchés d'actions chinois et qu'on assistait à un ajustement prévisible des cours. Et il ajouté que le raffermissement du yen démontrait que les investisseurs jugent que les fondements de l'économie japonaise sont solides.

Lundi, comme l'ensemble des places boursières entraînées vers le bas par les Bourses chinoises, Tokyo avait fini sur un recul de 4,61%.

Le ralentissement de la deuxième puissance économique de la planète, les turbulences sur ses places financières et la dévaluation du yuan il y a près de deux semaines sont à l'origine des inquiétudes de la planète finances.

La publication vendredi de l'indice PMI Caixin/Markit a accentué les craintes en révélant que le secteur manufacturier chinois s'était contracté en août à un rythme jamais vu depuis près de six ans et demi sur fond de baisse des commandes intérieures et à l'exportation.

De nombreux acteurs des marchés espéraient que la Banque populaire de Chine (BPC) interviendrait au cours du week-end. Il n'en a rien été, d'où le dévissage observé lundi. (Leika Kihara et Hideyuki Sano; Henri-Pierre André pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below