Lockhart (Fed) évoque une hausse de taux d'ici la fin de l'année

mardi 25 août 2015 00h11
 

BERKELEY, Californie, 24 août (Reuters) - Dennis Lockhart, l'un des principaux responsables de la Réserve fédérale américaine, a déclaré lundi que la banque centrale entamerait probablement le relèvement de ses taux "à un moment donné cette année", des propos qui suggèrent que l'hypothèse d'une telle initiative dès le mois prochain lui semble moins probable qu'auparavant.

Il y a deux semaines, le président de la Fed d'Atlanta avait déclaré à des journalistes être "très disposé" à relever les taux en septembre.

Lundi, il a expliqué que la forte baisse des cours du pétrole pesait sur les perspectives d'évolution de l'inflation même si la Fed a déclaré avoir besoin, avant de relever les taux, d'être raisonnablement confiante dans la remontée de l'inflation vers son objectif de 2%.

"Il sera très compliqué, d'ici à la fin de l'année, de déchiffrer les tendances sous-jacentes de l'inflation à cause des facteurs complexes liés à la répercussion de la chute des prix pétroliers sur les prix de l'essence et à la possible répercussion de la chute des matières premières sur d'autres biens, du moins certains entrant dans le calcul de l'inflation de base", a dit Dennis Lockhart en réponse à une question d'un public de spécialistes des fonds de pension.

"Une part importante des composantes des indices d'inflation ont été très faibles récemment", a-t-il ajouté.

"Pour l'instant, des évolutions telles que l'appréciation du dollar, la dévaluation de la devise chinoise et la poursuite de la baisse des cours du pétrole contribuent à compliquer l'anticipation du rythme de la croissance", a-t-il également observé.

Il a toutefois redit tabler sur une croissance modérée, une poursuite de l'amélioration du marché du travail et une remontée progressive de l'inflation.

"Je m'attends à ce que la normalisation de la politique monétaire - c'est à dire des taux d'intérêt - débute à un moment donné cette année", a-t-il poursuivi.

Evoquant une remontée "graduelle" des taux, il a précisé que cette expression sous-entendait que la Fed ne relèverait pas les taux d'un quart de point à l'issue de chacune de ses réunions.

(Ann Saphir; Marc Angrand pour le service français)