Le ralentissement chinois se confirme, les marchés plongent

vendredi 21 août 2015 11h47
 

SHANGHAI/PEKIN, 21 août (Reuters) - Les marchés chinois ont de nouveau clôturé vendredi en net recul, affichant des pertes hebdomadaires supérieures à 11% après la publication d'un nouvel indicateur alimentant les inquiétudes sur le ralentissement de la deuxième économie mondiale.

L'indice CSI300 des grandes valeurs cotées à Shanghai et Shenzhen a terminé vendredi en baisse de 4,6%, à 3.589,54 points, son plus bas de clôture depuis la mi-mars.

Sur la semaine, le CSI300 a chuté de 11,9%, son recul hebdomadaire le plus marqué depuis la mi-juin.

De son côté, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a abandonné 4,21% sur la séance, à 3.509,98 points et a cédé 11,5% sur la semaine. Il n'avait pas enregistré une baisse hebdomadaire de cette ampleur depuis le début du mois de juillet.

Un indicateur montrant que l'activité manufacturière en Chine a connu sa plus forte contraction depuis la crise financière est venu alimenter les craintes croissantes concernant l'état de l'économie chinoise.

L'indice PMI manufacturier flash chinois a reculé à 47,1 en août contre 47,8 le mois précédent, un chiffre nettement inférieur au consensus Reuters qui le donnait à 47,7 et le plus faible depuis près de six ans et demi.

Dernier en date d'une série d'indicateurs macroéconomiques décevants, ce chiffre vient encore conforter l'hypothèse d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise, qui semble se renforcer face au scénario d'une stabilisation graduelle.

Cette éventualité s'ajoute à l'accélération des sorties de capitaux des pays émergents, Chine en tête, favorisées par les incertitudes actuelles et par la perspective d'un relèvement prochain des taux d'intérêt américains.

Un représentant de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR) a d'ailleurs déclaré vendredi, lors d'une conférence de presse, que la hausse des investissements était confrontée à une pression baissière relativement importante en raison de problèmes de financement.   Suite...