Tsipras pas décidé à renvoyer les Grecs aux urnes-vice-ministre

mercredi 19 août 2015 10h50
 

ATHENES, 19 août (Reuters) - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, n'a encore rien décidé concernant d'éventuelles élections anticipées, malgré la fronde des députés de Syriza hostiles au troisième plan d'aide financière international, a déclaré mercredi le vice-ministre de la Culture, Nikos Xydakis.

Le plan, qui impose de nouvelles mesures d'austérité, a été adopté vendredi au Parlement avec l'appui de l'opposition alors qu'une partie des députés Syriza votaient contre, et plusieurs membres du gouvernement ont souhaité depuis que Tsipras sollicite à nouveau la confiance des députés.

Certains s'attendent à ce que le Premier ministre attende, pour se prononcer, que soit effectué le remboursement prévu jeudi d'un prêt de 3,2 milliards d'euros de la Banque centrale européenne, mais Nikos Xydakis a évoqué une autre échéance, celle du premier rapport des créanciers sur la mise en oeuvre du plan d'aide, en octobre.

"Il y a deux positions sur la façon de renforcer le gouvernement : des élections avant ou après la première évaluation du plan. C'est une décision qui relève du Premier ministre", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision ERT.

Certains des frondeurs de Syriza menacent de quitter le parti et l'opposition soupçonne Alexis Tsipras de vouloir renvoyer les Grecs aux urnes uniquement pour régler cette crise interne, ce que le vice-ministre de la Culture a démenti.

"Le plus important à ce stade, c'est que le gouvernement agisse dans l'intérêt du peuple grec plutôt que dans celui du Parti. Tsipras est le Premier ministre de 11 millions de Grecs, pas des 30.000 membres de Syriza", a-t-il souligné.

(George Georgiopoulos, Jean-Philippe Lefief pour le service français)