France-Sapin ne veut pas de "zigzag" de la politique économique

vendredi 14 août 2015 09h49
 

PARIS, 14 août (Reuters) - Le ministre des Finances, Michel Sapin, a exclu vendredi tout changement majeur dans la politique économique du gouvernement français et écarté pour l'heure l'idée de nouvelles baisses d'impôts pour les ménages en 2016.

Alors que le Parti socialiste a adopté, durant l'été, un rapport qui recommande de réorienter les baisses de charges des entreprises et un soutien plus direct à la croissance, Michel Sapin a rappelé que la priorité était de "maintenir le cap".

"Il est parfaitement légitime de s'interroger sur le meilleur moyen pour qu'il y ait plus d'investissement et plus d'emploi", a-t-il dit sur France Inter, après avoir commenté le chiffre de la croissance, stable au deuxième trimestre. (voir )

"Mais si nous voulons réussir, il ne faut pas zigzaguer, il ne faut pas changer de politique", a-t-il prévenu. "Changer tout le temps de politique, c'est la certitude de donner le tournis aux acteurs économiques et aux chefs d'entreprises et, à partir de là, de n'obtenir aucun résultat."

Le PS, dont la motion sortie majoritaire du congrès de Poitiers appelait à mieux cibler les 15 milliards de baisses de charges encore prévues par le pacte de responsabilité, sur un total de 41 milliards, a voté fin juillet un rapport qui suggère de réorienter ces aides.

L'idée de soutenir "plus directement" la croissance a fait craindre aux organisations patronales que le PS souhaitait raboter ces aides pour les rediriger vers les ménages, ce que Michel Sapin a exclu.

"La première des priorités, c'est de maintenir le cap", a-t-il dit. "Les comptes (des entreprises) sont en train de se redresser, leurs marges sont en train de se redresser, donc ce n'est pas le moment d'arrêter."

"Qu'il faille infléchir, ajuster, essayer de faire en sorte que les mesures soient les plus efficaces possibles (...) c'est légitime. Mais par contre, je ne suis pas favorable à ce que l'on vienne prendre, si je puis dire, sur ce qui était destiné aux entreprises pour le transformer en baisse d'impôts pour les ménages."

Le ministre des Finances a en outre rappelé que de nouvelles baisses d'impôts n'était pas une priorité du gouvernement alors que, a-t-il dit, neuf millions de foyers fiscaux voient leur impôt sur le revenu diminuer cette année.   Suite...