14 août 2015 / 05:43 / il y a 2 ans

France-L'économie française a stagné au deuxième trimestre

PARIS, 14 août (Reuters) - La croissance de l‘économie française a enregistré une croissance nulle au deuxième trimestre, sous l‘effet d‘une très faible progression de la consommation des ménages et d‘un effet de variation des stocks des entreprises fortement négatif, selon les premiers résultats publiés vendredi par l‘Insee.

Mais l‘évolution de l‘investissement des entreprises est restée positive pour le deuxième trimestre consécutif et le commerce extérieur a enregistré sa meilleure performance depuis l‘automne 2011.

L‘Insee a révisé dans le même temps en hausse, à 0,7% contre 0,6% annoncé précédemment, la hausse du produit intérieur brut du premier trimestre.

Les 36 économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une croissance de 0,2% pour le deuxième trimestre.

L‘acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l‘ensemble de l‘année si la croissance des deux derniers trimestres était nulle, se situe à +0,8% au 30 juin.

“Après un premier trimestre très dynamique, le niveau de l‘activité se maintient. A fin du premier semestre, l‘acquis de croissance est de 0,8% ce qui conforte notre objectif de 1% pour l‘année 2015”, a déclaré le ministre des Finances Michel Sapin.

“L‘accélération des exportations et le redressement de l‘investissement sont bien la preuve que notre politique économique porte ses fruits et que nous avons eu raison de miser sur le soutien aux entreprises. Il faut garder le cap”, a-t-il ajouté dans une déclaration transmise à Reuters.

La contribution de la demande intérieure finale à la croissance du trimestre a été positive de 0,1 point, mais celle de la variation des stocks a été négative de 0,4 point alors qu‘elle était pour beaucoup (0,3 point) dans la bonne performance d‘ensemble du premier trimestre.

Le commerce extérieur a eu une contribution positive de 0,3 point, un plus haut depuis le quatrième trimestre 2011, du fait d‘une progression des exportations (+1,7%) nettement plus forte que celle des importations (+0,6%).

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,1%, alors qu‘elles avaient bondi de 0,9% au premier trimestre.

L‘investissement global s‘est contracté de 0,3%, toujours plombé par le secteur de la construction. Hors celui-ci, l‘évolution aurait été positive de 0,4 point.

Celui des seules entreprises a progressé de 0,2%, soit là encore moins qu‘au premier trimestre (+0,6%) mais son niveau atteint un plus haut depuis l‘été 2008.

Le communiqué de l'Insee : here

Les indicateurs français en temps réel

Les indicateurs de la zone euro en temps réel

Le point sur la conjoncture française (Yann Le Guernigou)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below