Casino, Intermarché, Leclerc soutiennent les producteurs de porc

mercredi 12 août 2015 07h34
 

PARIS, 12 août (Reuters) - Casino, Intermarché et Leclerc ont réaffirmé leur intention de maintenir leur prix d'achat du porc à 1,40 euro le kilo jeudi au marché de référence de Plérin afin de soutenir les éleveurs.

Le gouvernement s'est mobilisé mardi pour tenter d'enrayer une nouvelle guerre du prix du porc, au lendemain du boycottage du marché de référence français, en Bretagne, par deux des principaux industriels du secteur.

Le groupe coopératif Cooperl et Bigard/Socopa ont refusé lundi d'acheter les porcs bretons mis en vente sur le marché de Plérin, dans les Côtes d'Armor, qui fixe deux fois par semaine les prix de référence pour la France, le prochain jour étant jeudi.

Ils jugent intenable, face à la concurrence étrangère, le cours de 1,40 euro le kilo fixé en juin par un accord entre industriels, grande distribution et syndicats agricoles.

Le groupe Casino, qui s'approvisionne auprès des industriels et des transformateurs, précise dans un communiqué publié mardi soir son intention de donner sa priorité d'achat aux fournisseurs ou groupements apporteurs de porc qui respecteront ce cours de 1,40 euro le kilo.

Intermarché appelle de son côté ses fournisseurs à rejoindre sa démarche de "valorisation" du prix dans la filière porcine afin de maintenir le cours du porc sur le long terme.

Michel-Edouard Leclerc, président de l'enseigne éponyme, confirme, lui, sur son blog que ses équipes ont bien reçu pour consigne de maintenir leurs positions d'achat à 1,40 euro le kilo.

"Evidemment, la situation ne sera pas tenable à moyen terme" si seuls quelques gros opérateurs jouent le jeu, estime cependant Michel-Edouard Leclerc. "Il faudra alors que syndicats et gouvernement tirent les conclusions qui s'imposent".

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a dit mardi prendre l'engagement de "tout faire" pour qu'il y ait de nouveau une cotation jeudi à Plérin et exhorté tous les acteurs à faire preuve de responsabilité. (Cyril Altmeyer, édité par Marine Pennetier)