August 5, 2015 / 1:05 PM / 2 years ago

LEAD 1-La droite espagnole accentue son avance dans les sondages

3 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec précisions)

MADRID, 5 août (Reuters) - Le Parti populaire (PP) au pouvoir en Espagne accentue son avance et arriverait en tête des élections législatives avec 28,2% des voix devant le Parti socialiste (PSOE), crédité de 24,9% des voix dans la dernière édition du sondage réalisé par le Centre de recherches sociologiques (CIS) diffusé mercredi.

Ce baromètre très attendu confirme le redressement des deux partis de gouvernement qui se partagent le pouvoir en Espagne face aux nouvelles formations Podemos (Nous pouvons), le parti de la gauche radicale, et Ciudadanos (Citoyens), parti centriste.

A quatre mois des élections législatives, aucun des deux grands partis ne semble toutefois en mesure de décrocher un nombre de sièges suffisant pour former un gouvernement sans l'appui d'au moins un allié.

Si les scores n'évoluent pas significativement d'ici-là, le parti en tête devra chercher un, voire deux partenaires afin de former une coalition et rompre ainsi avec l'usage selon lequel le PP ou le PSOE gouvernent alternativement seuls.

Par rapport à la précédente étude du CIS, en mai, le PP du président du gouvernement Mariano Rajoy progresse de 2,6 points alors que l'amélioration du score du PSOE n'est que de 0,6 point.

A l'inverse, la cote de Podemos continue de s'effriter, passant à 15,7% après 16,5% en mai et 23,9% en janvier. Ciudadanos est donné pour sa part à 11,1% contre 13,8% dans le précédent baromètre du Centro de Investigaciones Sociológicas.

Mais les scores cumulés du PP et du PSOE dépassent à peine la barre des 50%, un chiffre très bas dans un pays où ces deux institutions rassemblaient 90% des suffrages il y a encore quelques années.

Pour l'heure, les bons connaisseurs de la vie politique espagnole ne parviennent pas à dégager de scénario plausible pour la formation d'une coalition.

En raison de son conservatisme et de son attachement fort à l'unité politique du pays, le PP ne semble avoir aucun allié naturel; le PSOE et Podemos ne se trouvent pas suffisamment d'affinités pour conclure un accord et une grande coalition gauche-droite, à l'allemande, semble improbable selon les analystes: le parti d'appoint aurait trop à y perdre.

L'Espagne pourrait donc traverser une période d'instabilité, d'autant que les élections régionales de septembre en Catalogne risquent d'ajouter un nouveau facteur de division.

La donne est encore susceptible de changer: un tiers des électeurs demeure indécis en vue du scrutin attendu pour le début du mois de décembre.

Il y a quatre ans, le PP de Rajoy l'avait emporté avec près de 45% des suffrages exprimés.

Ce nouveau sondage a été effectué entre les 1er et 9 juillet auprès de 2.500 personnes. (Julien Toyer; Henri-Pierre André et Simon Carraud pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below