La pression a baissé à Calais, mais les migrants ne désarment pas

jeudi 30 juillet 2015 13h22
 

* 300 "interceptions" dans la nuit

* Réunion au ministère de l'Intérieur

* La coopération franco-britannique en question

COQUELLES, Pas-de-Calais, 30 juillet (Reuters) - La tension est quelque peu retombée jeudi sur le site du tunnel sous la Manche, près de Calais, où les forces de l'ordre ont procédé à 300 "interceptions" dans la nuit après les tentatives d'intrusion massives des jours précédents, a-t-on appris auprès de la police et d'associations.

Après le décès d'un migrant soudanais dans la nuit de mardi à mercredi sur le site d'Eurotunnel, le neuvième depuis le 26 juin, un Egyptien de 17 ans a été gravement électrocuté mercredi à la gare du Nord, à Paris, alors qu'il tentait de prendre clandestinement un Eurostar pour le Royaume-Uni.

La Grande-Bretagne reste un eldorado rêvé pour les migrants du Calaisis -- Erythréens, Ethopiens, Soudanais et Afghans en majorité -- qui ont fui les conflits dans leur pays.

"Il y avait un peu moins de migrants la nuit dernière que les deux précédentes aux abords du site, la pression était un peu moins forte même s'ils étaient encore nombreux", a dit une source policière à Reuters.

"Il y a eu 300 interceptions, environ 800 migrants se trouvaient aux abords du site", a-t-elle ajouté.

Les 120 CRS et gendarmes mobiles annoncés en renfort mercredi par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour épauler les 350 hommes déjà sur place sont à pied d'oeuvre.   Suite...