Le statu quo sur les Mistral coûte 1 million par mois à DCNS

jeudi 23 juillet 2015 16h03
 

PARIS, 23 juillet (Reuters) - Le constructeur naval militaire DCNS dépense au moins un million d'euros par mois pour entretenir les deux porte-hélicoptères Mistral déjà fabriqués mais non encore livrés à la Russie, a déclaré jeudi le PDG du groupe Hervé Guillou.

François Hollande a suspendu la livraison des deux navires, qui était prévue en octobre 2014 pour le premier et en octobre 2015 pour le second, en raison des tensions suscitées entre l'Occident et la Russie par la crise ukrainienne.

DCNS pourrait essayer d'obtenir une indemnisation de la Coface une fois qu'une décision sera prise sur le sort des deux navires, a dit Hervé Guillou lors d'une conférence de presse consacrée à la présentation de la stratégie à moyen terme du groupe.

"C'est entre un million et un million et quelque d'euros", a-t-il dit, en réponse à une question sur le coût de leur entretien.

Ces coûts pourraient encore augmenter si les Mistral sont immobilisés suffisamment longtemps pour qu'un remplacement d'une partie de leurs systèmes à bord devienne nécessaire, a ajouté Hervé Guillou.

Il s'est une nouvelle fois refusé à tout commentaire sur des prospects alternatifs pour les deux Mistral. Le Canada et Singapour, tout comme l'Egypte, qui vient d'acquérir une frégate multimissions Fremm et quatre corvettes Gowind, sont cités comme clients potentiels.

L'adaptation à ce nouveau client coûterait de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d'euros selon ses besoins, avait dit Hervé Guillou à des journalistes en février.

La Russie pourrait réclamer quelque 1,16 milliard d'euros en cas d'annulation de la vente. (Tim Hepher, avec Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)