France-Premier investissement de la BEI lié au plan Juncker

jeudi 23 juillet 2015 13h45
 

PARIS, 23 juillet (Reuters) - La Banque européenne d'investissement (BEI) a signé jeudi son premier accord de financement en fonds propres en France dans le cadre du plan d'investissement Juncker, sous la forme d'une prise de participation dans un fonds dédié aux énergies renouvelables.

La BEI a pris un ticket de 50 millions dans Capernergie 3, un fonds géré par la société de capital investissement Omnes Capital, lors d'une cérémonie en présence des ministres des Finances et de l'Economie, Michel Sapin et Emmanuel Macron.

L'objectif du fonds est de lever 200 millions d'euros, dont la moitié font déjà l'objet d'engagements, dans le but de financer pour un milliard d'euros de projets dans les énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, méthanisation), a précisé Serge Savasta, associé gérant d'Omnes Capital.

Le tout devrait représenter une puissance installée totale comprise entre 500 et 700 MW.

L'annonce de cet accord est intervenue au lendemain du lancement officiel du Fonds européen pour les investissements stratégiques, qui incarne le plan portant le nom du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dont la BEI sera un des principaux bras armés.

Doté de 21 milliards d'euros, il a pour ambition de générer pour 315 milliards d'euros d'investissements supplémentaires dans l'Union européenne avec les contributions promises par les Etats membres et des co-financements publics et privés.

Sans attendre cette étape officielle, la BEI a déjà conclu plusieurs pré-accords avec des acteurs français dans le cadre du plan, sous forme de prêts (400 millions pour la rénovation énergétique de logements en régions) ou de garanties (150 millions sur des financements de projets d'énergies renouvelables par une banque régionale franco-allemande et 200 millions sur un programme de prêts de Bpifrance pour l'innovation dans les PME). (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)