Le Parlement grec se prononce sur un nouveau train de réformes

mercredi 22 juillet 2015 09h25
 

ATHENES, 22 juillet (Reuters) - Le ministre grec des Finances a exhorté mercredi les députés de la Vouli à adopter un deuxième train de réformes réclamé par les créanciers d'Athènes en échange de l'ouverture de négociations sur un nouveau plan d'aide.

"Il est extrêmement important de boucler cette procédure des actions préalables afin que nous puissions entamer les négociations vendredi", a souligné Euclide Tsakalotos à la tribune du parlement.

Le vote, qui aura lieu dans la journée à l'issue d'un débat, intervient une semaine après l'adoption par les députés d'un premier ensemble d'"actions préalables" exigées par les "institutions" créancières (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) aux termes d'un accord conclu à Bruxelles le 13 juillet.

Ce deuxième train de réformes transpose dans la loi grecque des dispositions européennes sur le sauvetage des banques afin de préserver le contribuable du risque d'avoir à renflouer les établissements de crédit en difficulté, et réforme le système judiciaire pour en accélérer le cours et en réduire le coût.

Les premières mesures -- hausse de la TVA, réforme des retraites, des règles de négociation collective, du droit de grève et des licenciements, des privatisations -- ont été approuvées il y a une semaine avec le soutien de l'opposition du centre et de la droite, et 39 élus de Syriza, le parti de la gauche radicale élu en janvier en promettant de mettre fin à cinq ans d'austérité, ont voté contre ou se sont abstenus.

Cette fronde a obligé Alexis Tsipras à remanier ce week-end son gouvernement. Sa coalition, qui regroupe Syriza (149 élus) et le parti de droite nationaliste Anel (13 élus), dispose d'une majorité théorique de 162 sièges sur les 300 que compte la Vouli, mais le Premier ministre a vu son soutien tomber la semaine dernière à 123 voix.

Le nouveau vote de mercredi permettra à Alexis Tsipras de compter ses soutiens. "Jusqu'ici, j'ai vu certaines réactions, j'ai entendu des déclarations héroïques mais aucune proposition alternative n'a été présentée", a déclaré le Premier ministre mardi aux dirigeants de Syriza, soulignant que les 'durs' du parti ne pouvaient ignorer le désir de la majorité des Grecs de rester dans la zone euro.

Pour la presse grecque, un congrès de Syriza devrait avoir lieu dans les prochaines semaines et des élections anticipées sont à prévoir dès la rentrée de septembre.

Des représentants des créanciers sont attendus vendredi à Athènes pour rencontrer des membres du gouvernement. L'objectif de la Grèce est de boucler les négociations sur un plan d'aide, le troisième depuis 2010, d'ici le 20 août, date d'une importante échéance de remboursement à la BCE (3,4 milliards d'euros).   Suite...