France-Smart propose à ses salariés de repasser aux 39 heures

lundi 20 juillet 2015 16h41
 

STRASBOURG, 20 juillet (Reuters) - Smart, filiale du groupe allemand Daimler qui assemble à Hambach (Moselle), des véhicules urbains à deux places, a proposé à ses 800 salariés de travailler 39 heures, au lieu de 35 actuellement, moyennant une augmentation des salaires, a-t-on appris auprès de la direction.

Les cadres et les techniciens, dont le salaire n'est pas basé sur un décompte horaire, abandonneraient pour leur part dix jours de RTT.

Le constructeur automobile invoque la nécessité d'améliorer la compétitivité et propose une augmentation salariale de 120 euros brut par mois, soit 6% du salaire de base, en contrepartie d'une augmentation de 12% du temps de travail.

Une prime annuelle de 1.000 euros serait par ailleurs versée à toutes les catégories de personnel.

En cas d'accord, Smart s'engage à maintenir l'emploi sur le site jusqu'en 2020.

Les discussions entre la direction et les syndicats, qui ont débuté le 17 juin dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, doivent se poursuivre mercredi.

"On ne se fixe pas de délai de clôture", a précisé à Reuters un porte-parole de la direction.

Mario Mutzette, délégué central de la CFE-CGC évoque "une des négociations les plus difficiles" qu'il ait eu à mener dans sa carrière syndicale.

"Bien sûr, c'est une régression sociale, mais le plus important, c'est la pérennité des emplois", a-t-il dit à Reuters.   Suite...