LEAD 2-Merkel n'exclut pas de discuter aménagement de la dette grecque

dimanche 19 juillet 2015 23h07
 

(Actualisé avec Sigmar Gabriel §§ 8-11)

par Michelle Martin

BERLIN, 19 juillet (Reuters) - Angela Merkel a jugé possible, dimanche, de discuter d'un changement des maturités de la dette grecque ou d'une réduction des intérêts versés par Athènes une fois achevé avec succès le premier examen du nouveau projet de renflouement de la Grèce.

"La Grèce a déjà obtenu une aide. Les créanciers privés ont accepté une décote et nous avons allongé les maturités et réduit les taux d'intérêt", a déclaré la chancelière allemande dans une interview à la chaîne ARD, qui diffusée dimanche.

"Et nous pourrons reparler de telles possibilités (...) une fois que sera achevé avec succès le premier examen du programme à négocier. Cette question sera alors discutée, pas maintenant, mais à ce moment-là", a-t-elle ajouté.

Athènes a accepté lundi dernier à Bruxelles une série de réformes imposées par ses créanciers en échange de l'ouverture de négociations sur un plan de renflouement, le troisième depuis 2010, qui pourrait atteindre 86 milliards d'euros sur trois ans.

Dans son interview, Angela Merkel souligne qu'une décote classique est exclue tant que la Grèce appartient à la zone euro: "Cela peut se produire hors d'une union monétaire, mais pas dans une union monétaire", dit-elle.

Elle ajoute que le scénario d'une sortie temporaire de la Grèce de la zone euro, élaboré par son ministre des Finances Wolfgang Schäuble et qui a provoqué des remous au sein de la coalition au pouvoir à Berlin, a été étudié mais que la zone euro l'a repoussé.

"La seule option est de trouver une voie commune avec la Grèce ou d'aboutir à une situation chaotique (...). Donc, cette option était sur la table mais nous avons choisi une autre option", explique-t-elle.   Suite...