Samsung-Le clan Lee passe une étape-clé pour garder le contrôle

vendredi 17 juillet 2015 10h01
 

par Joyce Lee et Sohee Kim

SEOUL, 17 juillet (Reuters) - Les actionnaires de Samsung C&T ont approuvé vendredi l'offre de rachat de 7,4 milliards d'euros de Cheil Industries à l'issue d'un vote serré qui permet à la famille Lee de franchir une étape décisive dans son projet de réorganisation de la chaîne de holdings du groupe Samsung destiné à renforcer son contrôle sur le conglomérat.

Au terme d'une assemblée générale des actionnaires mouvementée, la fusion a été approuvée par 69,53% des votes exprimés, soit un peu plus que le seuil des deux tiers nécessaire pour la valider.

La fusion permet de consolider des participations dans plusieurs des filiales du conglomérat, notamment sa division phare Samsung Electronics, et de renforcer le contrôle des héritiers de la famille fondatrice dont le patriarche, Lee Kun-hee, âgé de 73 ans, est hospitalisé depuis l'année dernière à la suite d'une attaque cardiaque.

Le fonds spéculatif activiste américain Elliott Associates qui, fort de sa position de troisième actionnaire de C&T, s'était vigoureusement opposé à l'opération, ne devrait pas en rester là.

Détenteur de 7,1% du capital de C&T, Elliott s'opposait à l'offre la jugeant sous-évaluée. Le fonds avait déposé deux requêtes en justice pour tenter de bloquer le vote et avait appelé d'autres actionnaires à s'opposer à l'opération, orchestrant une campagne d'activisme actionnariale inédite en Corée du Sud.

Investisseurs et analystes s'attendent à ce qu'Elliott poursuive ses actions en justice à l'encontre de Samsung. Le fonds devrait détenir un peu plus de 2% de l'entité fusionnée sur la base des termes de l'opération.

Un représentant de C&T a dit que l'entité fusionnée ferait de son mieux pour tenir compte des intérêts des actionnaires.

Les cours des actions de C&T et de Cheil ont nettement reculé après le vote, cédant respectivement 10,39% et 7,73% en clôture, la perspective d'une amélioration des termes de l'offre ayant disparu.   Suite...